• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des catégories :

Félicitations

Belle récompense pour Ursula Moser

Le 8 juin dernier, à l’occasion de la conférence annuelle du Conseil international d’études canadiennes, Ursula Mathis-Moser a reçu le Prix international du Gouverneur général en études canadiennes, décerné à des personnes dont la contribution à l’avancement des connaissances et au développement des études canadiennes sur le plan international a été remarquable.

Madame Moser est professeure émérite en littérature française et espagnole au département de Philologie romane de l’Université d’Innsbruck (Autriche) et membre du conseil d’administration de l’AIEQ. Après des études d’anglais, de français, d’espagnol et de portugais, Ursula Mathis-Moser obtient son doctorat «sub auspiciis Praesidentis rei publica» en 1976 et son habilitation en 1983. Ses 280 publications reflètent ses intérêts de recherche : la littérature française, les littératures francophones, la littérature québécoise (roman, poésie, chanson, écriture au féminin, écrivains migrants, études québécoises), la littérature canadienne, la «transculturalité» et les littératures de la migration (France, Québec, Caraïbe), les théories postcoloniales,  l’«intermédialité» et les études Texte et musique (chanson) – le Québec et le Canada revêtant une importance toujours plus grande dans son oeuvre à partir des années 1990.

En tant que spécialiste en études littéraires sur la migration (fondatrice, directrice et membre des plateformes de recherche «Cultures en contact» de 2005-2012 et «Rencontres et transferts culturels» de 2010 à 2013), elle obtient en 2004 le prestigieux Prix Jean Ethier-Blais de critique littéraire pour la première monographie sur Dany Laferrière (2003), un des «écrivains migrants» les plus célèbres au Canada. Ce livre sera par la suite sélectionné comme l’un des 30 livres les plus notables des 30 dernières années dans le domaine des études canadiennes (Ottawa, 2005). Suivent d’autres distinctions, notamment l’Ordre des francophones d’Amérique en 2012.

Parmi ses 30 volumes édités, 19 portent sur des sujets canadiens et québécois, dont «Écrire au-delà de la fin des temps ? Les littératures au Canada et au Québec» (2017, avec M. Carrière, accepté pour re-publication par University of Alberta Press en 2019) ou «Acadiens et Cajuns. Politique et culture de minorités francophones en Amérique du Nord» (2009, avec G. Bischof). Madame Moser a également créé la collection bilingue «Canadiana oenipontana» (15 volumes) et contribué à plusieurs chapitres de deux histoires littéraires du Canada, publiées en allemand et en anglais chez Metzler (2005) et Camden House (2008). Elle a traduit en allemand des textes écrits par Aritha van Herk, Nicole Brossard et Louise Dupré, en plus d’être professeure invitée dans plusieurs universités canadiennes, dont l’Université de l’Alberta (2008) et l’Université de Montréal (2002).

De 1995 à 1997, Ursula Mathis-Moser a assumé la fonction de présidente de l’Association d’études canadiennes dans les pays germanophones. De 2008 à 2011, elle était éditrice associée à la Revue internationale d’études canadiennes. Elle est membre du conseil d’administration et du comité scientifique de l’AIEQ. En 1995, elle a créé le Centre d’étude de la chanson québécoise (Université d’Innsbruck), qui abrite la plus grande collection de ce genre à l’extérieur du Québec. En 1997, elle a fondé, toujours à l’Université d’Innsbruck, le premier Centre d’études canadiennes en Autriche qui, à ce jour a offert au public plus de 400 événements académiques et culturels documentés dans le livre «CANADA@uibk. Eine Bilanz– Taking Stock – Un bilan (1997–2017)» (2017).

Gaston Bellemare honoré en Italie

Le 23 mars dernier, à l’occasion de la 18e Journée mondiale de la Poésie, le président honoraire fondateur de l’Accademia Mondiale della Poesia (Verona, Italia), Monsieur Nadir Aziza, a remis le prestigieux Prix Catullo, à Gaston Bellemare, président du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, afin de souligner l’excellente réussite de son travail au niveau de la promotion et de la visibilité de la poésie au plan international. Ce prix porte le nom du grand poète latino-italien né à Verona, en l’an 84 et décédé à Rome, en 54 avant notre ère. Le président fondateur de l’Accademia a rappelé que Gaston Bellemare était présent le 23 juin 2001, journée de la fondation de l’Accademia à Verona, dont les poètes-Prix Nobel de littérature suivants en sont des membres fondateurs : Wole Soyinka, Seamus Heaney, Gao Xingjian et Derek Walcott. Gaston Bellemare a déclaré : « Je suis fort touché et très ému de recevoir le Prix Catullo de l’Académie mondiale de la poésie. Il me confirme, en ce 23 mars, Monsieur le Président honoraire fondateur, que la poésie était et est le meilleur choix de vie que je pouvais faire».

Soulignons que ce prestigieux prix s’ajoute à la liste déjà longue des hommages, dont voici les principaux : Prix Hugo Gutiérrez Vega remis par le Gouvernement du Mexique (2017), Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française (2016), Prix Fleury Mesplet du SLM (2016), Membre de l’Ordre des francophones d’Amérique (2015), Chevalier de l’Ordre de la Pléiade (2014), Membre de l’Ordre du Canada (2013), Docteur honoris causa de l’Université du Québec à Trois-Rivières (2010), Membre d’honneur de l’Association nationale des éditeurs de livres (2008), Prix du Québec Georges-Émile-Lapalme (2007) en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle, tout au cours de sa carrière, à la qualité et au rayonnement de la langue française parlée ou écrite au Québec, et Membre de l’Ordre de Lavérendrye, (1991) plus haute distinction civique remise par la ville de Trois-Rivières pour services rendus.

Toutes nos félicitations à monsieur Bellemare !

Félicitations à Lise Bizzoni !

Lise Bizzoni, coordonnatrice scientifique et administrative au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) – site de l’UQAM, et membre de l’AIEQ, est l’une des 3 récipiendaires du Prix d’excellence des professionnels et professionnelles de recherche attribué par le Fonds québécois de recherche société et culture (FQRSC). Ce prix vise à reconnaître la contribution des professionnels et des professionnelles de recherche à la recherche, la mobilisation des connaissances, la formation de la relève ou au soutien des regroupements de chercheurs, et ce, dans toutes les disciplines couvertes par les trois Fonds.

En plus de veiller à la bonne marche quotidienne du Centre et de siéger au sein de plusieurs comités éditoriaux (collections Séminaires et Études littéraires chez Nota bene), madame Bizzoni offre aux étudiants plusieurs activités de soutien (aide à la rédaction de curriculum vitae professionnels et de demandes de bourses, mise en relation avec les chercheuses et chercheurs, intégration aux activités du centre, etc.).

En 2016, elle a mis en place, avec Martine Foisy du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), une communauté de pratique des coordonnatrices et des coordonnateurs de regroupements stratégiques du FRQSC qui vise l’entraide, la mise en commun de connaissances et le partage de bonnes pratiques et de méthodes de travail propres aux professionnels et professionnelles de recherche. Titulaire d’un mémoire en lettres modernes et d’un DEA en sciences du langage (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), elle poursuit également ses recherches individuelles portant entre autres sur la chanson (La chanson francophone contemporaine et engagée, en collaboration avec Cécile Prévost-Thomas, 2008, réédition prévue en 2020).

Prix littéraire des lycéens AIEQ 2018

Une vingtaine d’étudiants de Franska Scholan à Stockholm (Suède) et de Gustav Adolf Grammar School à Tallinn (Estonie) ont participé, au cours de leur semestre d’hiver, au Prix littéraire des lycéens AIEQ 2018. Les jeunes lecteurs suédois ont couronné Jean-Philippe Baril Guérard pour son roman «Royal» alors que Abla Farhoud a remporté les honneurs du côté des lycéens de l’Estonie pour son roman «Au grand soleil, cachez vos filles».

Les lycéens suédois ont apprécié le roman «Royal» pour les thèmes abordés qui rejoignent leurs préoccupations.

Pour leur part, les lecteurs de l’Estonie ont choisi le roman d’Abla Farhoud qui met en lumière les défis d’adaptation à une nouvelle culture à travers l’histoire d’une famille qui revient au Liban après plusieurs années passées au Québec.

Le prix littéraire des lycéens AIEQ s’inspire  du Prix littéraire des collégiens. Grâce à la collaboration de Françoise Sule à Stockholm et à Katrin Meinart à Tallinn, l’AIEQ expédie en Suède et en Estonie des exemplaires des 5 romans en lice pour le Prix littéraire des collégiens. À l’instar des étudiants québécois, des étudiants suédois et estoniens relèvent le défi de lire ces 5 titres d’auteurs québécois et de déterminer lequel mérite la première place.

L’AIEQ offre à l’auteur ou l’auteure qui remporte le Prix des lycéens la possibilité d’effectuer une tournée en Suède et en Estonie. Toutes nos félicitations à Jean-Philippe Baril Guérard et à Abla Farhoud et merci aux enseignantes ainsi qu’aux étudiants de Franska Skolan et Gustav Adolf Grammar School qui contribuent au rayonnement de la littérature québécoise en Suède et en Estonie !

Félicitations à Félix Mathieu !

Félix Mathieu, doctorant en science politique à l’UQAM et membre de l’AIEQ, remporte le Prix Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour son livre «Les défis du pluralisme à l’ère des sociétés complexes». La bourse lui permettra de participer, en 2019, à la Journée du livre politique organisée par l’Assemblée nationale de France et servira à couvrir les frais de transport et de séjour d’une semaine à Paris. Dans le cadre d’un partenariat France/Québec, ce prix est remis à un candidat aux Prix de la présidence ou aux Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant pour la qualité d’une œuvre portant sur la politique québécoise contemporaine.

Les détails sur l’appel de candidatures 2019 seront publiés dans le site de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Les étudiants et auteurs, publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, pourront soumettre leurs écrits et courir la chance de remporter l’une des bourses, qui totalisent plus de 14 500 $.

25 bougies pour l’AJCEEQ!

Alors qu’au moment de la création de leur association, en 1993, la littérature québécoise était l’axe principal de leurs travaux (AJCELQ), les jeunes chercheurs européens ont choisi, vingt ans plus tard, d’élargir leur champ d’études pour y inclure les sciences sociales. Depuis lors, leur regroupement est devenu l’Association des jeunes chercheurs européens en études québécoises (AJCEEQ).

Ces jeunes chercheurs viennent de conclure leur 8e colloque, tenu à Montpellier, les 5 et 6 octobre 2017. Réalisés sur une base triennale, les colloques constituent un espace de rencontres et de travail où se retrouvent des chercheurs qui proviennent non seulement d’une vingtaine de pays d’Europe mais aussi d’Asie et du Moyen-Orient, sans oublier du Québec. Établis pour briser l’isolement des chercheurs européens ayant choisi le Québec comme objet d’études, les colloques réunissent un aréopage de scientifiques qui débattent de leurs travaux et concourent à la promotion et la diffusion de leurs travaux en études québécoises auprès d’éditeurs européens.

Comme la plupart des colloques, cette activité implique de nombreuses étapes et mobilise les membres du comité organisateur longtemps avant le  jour «J». La coordination se fait par l’entremise de divers moyens modernes de communications (courriels, nuage virtuel des textes et des relectures, etc.), tout comme des rencontres en petits groupes et combien d’autres détails à peaufiner.

L’organisation et la gestion de ces colloques, tout comme le suivi, se font sur une base entièrement bénévole, c’est-à-dire en dehors des heures régulières de travail et d’études, grugeant peu à peu du temps sur la vie personnelle des maîtres d’œuvre. Ces bénévoles étant tous des universitaires, il s’avère intéressant de déterminer la valeur de leur travail s’établissant sur plusieurs mois et estimé à 60 000 $ en honoraires,  auxquels s’ajoutent différents frais (administration, location de salles, restauration) pour un total de près de 80 000$ par colloque. Ces frais sont entièrement assumés par les universités européennes participantes. En appliquant ces montants aux 8 colloques réalisés depuis la création de cette association, on atteint une somme impressionnante de plus d’un demi-million de dollars, sans compter le coût des publications !

Voilà une façon très éloquente de démontrer que le Québec reçoit beaucoup des activités de ces jeunes européens qui, bénévolement et avec l’appui de leurs institutions, offrent une tribune scientifique pour promouvoir divers aspects de la société québécoise. La contribution du Québec à ces colloques se limite à couvrir les frais de déplacements d’experts en études québécoises invités, en conformité avec les normes établies pour  les programmes de l’AIEQ.

Mesdames Hélène Amrit et Anna Gaufret ont jeté les bases de cette association avant même la création de l’AIEQ. Rendons-leur hommage pour y avoir consacré autant d’énergie, de conviction et de rigueur à mettre sur pied un réseau d’études québécoises en Europe!

Longue vie à ce réseau de jeunes chercheurs férus d’études québécoises !

Félicitations à Louise Dupré

L’auteure Louise Dupré remporte le Prix littéraire du Gouverneur général 2017 pour son recueil de poésie «La main hantée». Professeure retraitée au département d’Études littéraires de l’UQAM et membre de l’AIEQ, elle est également membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada. En 2014, elle a reçu l’Ordre du Canada « pour son apport à la littérature québécoise en tant que poète, romancière, dramaturge, essayiste et professeure ». Détails.

Prix Jean-Éthier-Blais 2017

Frédéric Rondeau, professeur de littérature québécoise et francophone au Département de Modern Languages and classics de l’Université du Maine et membre de l’AIEQ, est co-lauréat du prix de la critique littéraire Jean-Éthier-Blais 2017 pour son essai «Le manque en partage. La poésie de Michel Beaulieu et Gilbert Langevin». Ce prix , décerné par la Fondation Lionel-Groulx, récompense l’auteur du meilleur livre de critique littéraire paru au Québec pendant l’année précédente, portant sur la littérature québécoise de langue française et écrit en français. Communiqué.

Prix littéraire France-Québec

Christian Guay-Poliquin remporte le Prix littéraire France-Québec 2017 pour son roman Le poids de la neige. Le Prix littéraire France-Québec est une initiative de la Fédération France-Québec / francophonie, soutenue par la Délégation générale du Québec en France, le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, le ministère de la Culture et des Communications du Québec, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, l’Association internationale des études québécoises et le Consulat général de France à Québec. Son objectif est de contribuer à la promotion en France de la littérature québécoise et de favoriser la rencontre et les échanges entre les auteurs québécois et les lecteurs français. Plus de renseignements sont disponibles sur le site de la Fédération.

 

Henri Goulet récompensé !

À l’occasion de la cérémonie reconnaissance du 11 septembre 2017, à l’Hôtel de ville de Montréal, la Société historique de Montréal a voulu souligner l’engagement et la contribution de ses membres dans le domaine de l’histoire. Monsieur Frantz Benjamin, président du conseil de la Ville de Montréal, a présenté le Prix Percy-William Foy 2017 à l’historien Henri Goulet pour son livre sur l’Histoire de pensionnats indiens catholiques au Québec, Le rôle déterminant des pères oblats, publié aux Presses de l’Université de Montréal, en août 2016. Le comité de sélection veut ainsi reconnaître l’excellent travail et les recherches inédites de monsieur Goulet qui ouvrent la voie à une interprétation différente de la responsabilité première de ces institutions au Québec. Rappelons que l’AIEQ offre gracieusement à ses membres un exemplaire de cet ouvrage. Faites vite car il ne reste que quelques exemplaires de cet ouvrage  !

Page 1 sur 5123...Last »