Devenez membre

Le plus grand réseau de chercheurs qui s’intéressent au Québec dans le monde


Image

Chers membres et amis de l’AIEQ,

En ce début d’année 2020, des changements ont été apportés au site Internet de l’AIEQ. Le visuel de la page d’accueil a été modifié et une section en anglais a été ajoutée afin de permettre aux chercheurs et chercheuses qui s’intéressent au Québec sans nécessairement maîtriser le français, de connaître les différents programmes offerts aux membres de l’Association. Je vous invite à consulter notre page Facebook régulièrement et à relayer les nouvelles dans vos réseaux respectifs.

Par ailleurs, j’aimerais souligner un événement important qui a donné le ton aux activités de nos membres en ce début de 2020. Il s’agit du 9e colloque de l’Association des jeunes chercheurs européens en études québécoises qui, fait exceptionnel, s’est tenu à Jawahar Lal Nehru University (JNU), New Delhi, du 6 au 8 février 2020. Cet événement, auquel a contribué l’AIEQ, a réuni une vingtaine de participants en provenance de 7 pays et représentants plusieurs disciplines autour du thème «Extrême contemporain en littérature et culture». Je remercie Anne Trépanier, professeure à la School of Indigenous and Canadian Studies à l’Université Carleton (Ontario) et vice-présidente aux affaires académiques et scientifiques de l’AIEQ, d’y avoir représenté l’Association. Je félicite également les organisatrices de ce colloque, Hélène Amrit, maître de conférences à l’Université de Limoges (France),  Anna Giaufret, professeure adjointe au Département de langues et cultures modernes et françaises à l’Université de Gênes (Italie) et madame Vijayalakshmi Rao, professeure à la JNU d’avoir réuni professeurs et étudiants.

De tels événements contribuent de façon significative au développement de la relève en études québécoises. Rappelons que c’est en 1993 que le premier colloque des jeunes chercheurs européens en littérature québécoise a vu le jour. En rassemblant la communauté des chercheurs en littérature québécoise autour des travaux des jeunes chercheurs, l’AJCELQ voulait ainsi pallier l’isolement de certains en créant un espace de rencontre et de travail. Ces colloques, conçus autour d’un hommage portant sur une personnalité ayant œuvré à la connaissance de la culture du Québec, ont dépassé les attentes. En effet, depuis 1993 et après 9 colloques internationaux, une communauté européenne en études québécoises s’est constituée. Elle est à la base de rencontres, de publications et d’échanges entre chercheurs. Une réelle dynamique s’est ainsi installée autour des études québécoises au sein de l’Europe, voire jusqu’en Asie.

En terminant, n’oubliez pas l’Assemblée générale des membres de l’AIEQ qui devrait se tenir au début du mois de juin à Montréal. Les détails vous seront fournis ultérieurement.

Claude Hauser, Président