Le plus grand réseau international

de chercheurs et chercheuses en études québécoises


Image

L'association internationale des études québécoises

L'Association internationale des études québécoises aide les universitaires qui se consacrent à l'étude du Québec à participer et à organiser des événements scientifiques en leur offrant du soutien financier et logistique, ainsi qu'un accès privilégié à une communauté internationale pluridisciplinaire. Elle contribue ainsi à mieux faire connaître et comprendre le Québec à l'échelle internationale.

En savoir plus sur l'AIEQ…

Image

DEVENIR MEMBRE de ce réseau de chercheurs, c'est profiter de
programmes d'aide financière conçus pour FAIRE AVANCER VOTRE CARRIÈRE
en études québécoises

Bien que votre inscription à des colloques internationaux bonifie votre dossier universitaire, il est parfois difficile de rassembler les fonds et ressources pour y participer. L'AIEQ peut vous aider à atteindre vos objectifs de diffusion des connaissances sur le Québec en vous soutenant dans vos déplacements ou en facilitant votre participation virtuelle à l'événement.

80 %

des projets

présentés par les membres

sont acceptés

Valeur

moyenne

du SOUTIEN
offert

1500 $

Pourquoi devenir membre de l'AIEQ

  • Développer des contacts avec des spécialistes de votre domaine
  • Participer à des activités scientifiques internationales
  • Inviter une sommité, un auteur ou un réalisateur dans votre université
  • Créer des contenus vidéo exclusifs à partager avec vos collègues de l'AIEQ
Image

Consulter les programmes d'aide à la diffusion des études québécoises

Nouvelles en études québécoises


L'effet de votre adhésion à l'AIEQ

  • Vous assurez la vitalité du Québec comme sujet d'étude
  • Vous contribuez à développer un milieu propice à l'avancement de la recherche
  • Vous inspirez d'autres universitaires

Comment passer à l'action en études québécoises

  • Quand je pense à l’AIEQ, je pense d’abord au réseau d’êtres humains formidables et généreux qui ont à cœur le rayonnement du Québec. Je pense à des ambassadeurs humbles et chaleureux, intelligents, qui cherchent à mettre des gens en relation. Ce doit être le gabarit d’origine des relations internationales! À preuve, une mineure en Quebec Studies est née à l’université Carleton à Ottawa cet automne. J’en suis très heureuse.

    Anne Trépanier
    Professeure à la School of Indigenous and Canadian Studies et au Département de français de l’Université Carleton (Ottawa, Canada). Présidente du comité scientifique de l’AIEQ.

  • L’AIEQ m’a donné la chance de participer à deux colloques (2013 Berlin – 2020 New Delhi) de l’Association des jeunes chercheurs européens en études québécoises et d’organiser avec cette même association en 2017 un colloque interdisciplinaire à l’Université Paul-Valéry Montpellier III. Ces expériences m’ont permis de partager mes recherches, de créer des liens avec des universitaires au Québec et à l’international et de réaliser avec eux de nouveaux projets.

    Elsa Guyot
    Docteure en histoire de l’art. Lauréate Prix de thèse en cotutelle France-Québec. Chercheure postdoctorale au sein du Laboratoire numérique d’études sur l’histoire de l’art du Québec (LANÉHAQ) à l’Université du Québec à Montréal. Directrice de la recherche et des communications à la galerie ELLEPHANT à Montréal.

  • Grâce au soutien de l’AIEQ et en collaboration avec l’École de langues de l’Université Laval, les enseignants de français de l’Université de Washington ainsi que des professeurs de lycée de l’état de Washington ont accueilli Rachel Sauvé en février 2020, pour la formation « Le Québec, connais-tu ? ». Ce fut une journée mémorable et enrichissante, et nous avons appris comment intégrer le Québec dans nos cours à travers des ressources variées. Merci à l’AIEQ pour ce soutien!

    Hedwige Meyer
    Principal lecturer of French/100-level, French Language Coordinator. Université de Washington (Seattle, EU)

  • En tant que récipiendaire du Prix Obata, j’ai mené mes recherches sur le Québec au Musée d’art contemporain de Montréal en 2019. Le soutien accordé par l’AJEQ-l’AIEQ m’a encouragée à élargir mon domaine de recherches.

    Harumi Kinoshita
    Docteure en muséologie et chargée de cours à l’Université Musashi (Japon).

  • L’AIEQ est un moteur de visibilité de l’écriture au féminin en Espagne. Grâce à l’aide de l’AIEQ, l’écriture au féminin est connue, étudiée et traduite en Espagne. Des écrivaines du Québec comme Louise Dupré, Nicole Brossard, Kim Thúy et M. Célie Agnant sont invitées à faire des conférences, à participer à des congrès et à rencontrer des passionnés(es) de littérature. Leurs idées, leurs valeurs et leur éthique enrichissent notre univers.

    Carmen Mata
    Professeure titulaire au Département de Philologie française de l’Université autonome de Madrid (Espagne) et chercheuse internationale au Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises de l’Université McGill.

  • I would like to express my deepest appreciation to CRIEM – AIEQ which provided me the mobility grant to attend the GIS for a Sustainable World conference to develop my research activities.Thanks for supporting international researchers and students!

    Seyed Hossein Chavoshi
    Chercheur postdoctoral en science de la géographie de l’information (GIScience) au département de géographie de l’Université McGill à Montréal et directeur du projet Montreal Sustainability Dashboard, une plateforme inclusive et interactive conçue pour suivre, comprendre et réagir à l’impact de l’environnement urbain sur le développement durable.

  • Le stage est enrichissant au plan académique, culturel et personnel. On y découvre les dernières recherches sur l’enseignement du FLE, mais non sans réviser les bases théoriques de la didactique. Le programme, bien que chargé, réserve également du temps pour des visites guidées de la région et de la ville, une occasion exceptionnelle de perfectionner votre enseignement, et de connaître en même temps le Québec! Merci!

    Ashih Agnihotri
    Professeur adjoint au Centre d’études francophones à Jawaharlal Nehru University (New Delhi, Inde). Premier récipiendaire de la Bourse AIEQ/AITF en didactique de français langue étrangère.

  • La bourse Gaston Miron est un privilège inespéré pour un chercheur intéressé par la littérature et la culture québécoises. C’est grâce à ma prof, Mme Vijayalakshmi Rao qui a introduit cette filière d’étude au Centre des études françaises et francophones que nous avons profité de ces découvertes à l’Université Jawaharlal Nehru. Mes premiers pas vers cette bourse avaient déjà débuté au moment de la rencontre avec Kim Thuy à New Delhi, où j’ai conçu un travail doctoral sur les auteurs de l’extrême contemporain en France et au Québec.

    Naha Jain
    Doctorante en langue et littérature française à l’Université Jawharlal Nehru (New Delhi, Inde) et récipiendaire de la Bourse Gaston-Miron 2019.

  • La collaboration avec l’AIEQ m’a permis d’inviter des collègues étrangers à des événements organisés à l’UQAR. Dernièrement nous avons mis en place une collaboration entre l’AIEQ et la Chaire de recherche du Canada dont je suis titulaire, pour financer une partie des travaux et déplacement d’étudiants internationaux. Jusqu’à présent des étudiants de France et du Sénégal ont pu profiter de cette collaboration fructueuse avec l’AIEQ.

    Marco Alberio
    Professeur titulaire à la Chaire de recherche en innovation sociale et développement des territoires (ISDéT) à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR – Campus de Lévis).

Faites partie d'un réseau d'universitaires
QUI VOUS FAIT AVANCER

Devenez membre aujourd'hui