• RSS feed
  • Facebook
 

Nouvelles

Miho Matsunuma à Québec

Nous avons eu le plaisir, le 15 février, d’accueillir dans les bureaux de l’AIEQ, madame Miho Matsunumamadame Miho Matsunuma, récipiendaire du Prix Obata 2016-2017 offert conjointement par l’Association internationale des études québécoises et l’Association japonaise des études québécoises.

Madame Matsunuma est maître de conférences à l’Université de Gunma, au Japon. Elle est également chercheuse associée au Centre d’histoire de l’Asie contemporaine de l’Université de Paris I. En 2016, elle a été professeure invitée au Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal de l’Université du Québec à Montréal. Son séjour au Québec lui permettra de poursuivre sa recherche sur le centenaire de la Première Guerre mondiale au Québec. En effet, au Québec, la mémoire collective de cette guerre est largement dominée par les confrontations linguistique et politique provoquées par le conflit, alors qu’au niveau fédéral, la guerre est considérée comme un événement qui a consolidé l’identité nationale et l’autonomie du Canada.

L’année 2017 marquera le point culminant du centenaire canadien de la guerre lors de la commémoration de la bataille de Vimy en 1917 et le combat héroïque de l’armée canadienne. Cette étude consiste à analyser le centenaire de la guerre au Québec en le contextualisant dans le centenaire canadien, à travers des interviews auprès de personnages qui s’y impliquent ou qui le commentent, ainsi que l’observation de l’organisation des activités commémoratives.

En mars prochain, la deuxième récipiendaire du Prix Obata, madame Mirei Seki, effectuera un séjour d’un mois au Québec afin de poursuivre ses recherches sur la littérature québécoise contemporaine, entre autres sur les œuvres de Kim Thuy. Madame Seki est maître de conférences à l’Université d’Aichi.

Nous souhaitons une bonne fin de séjour au Québec à madame Matsunuma et la bienvenue à madame Seki !

Bourse pour étudiants américains décernée à…

L’AIEQ est heureuse d’annoncer le nom du récipiendaire de la nouvelle bourse de recherche offerte conjointement par l’AIEQ et l’American Council for Québec Studies (ACQS) pour 2017. Il s’agit de M. Ross D. Cotton, étudiant au doctorat en science politique (politiques comparées) à l’Université de Floride.

Son champ de recherche porte sur la problématique suivante : pourquoi les partis régionalistes en Écosse et au Québec continuent de connaître des succès électoraux en dépit des défaites concernant leur objectif fondamental : l’indépendance. Dans l’ensemble, M. Cotton s’intéresse aux partis politiques, aux législatures, aux systèmes électoraux, à la politique fédérale et régionale et au nationalisme. Rappelons que l’objectif de la bourse AIEQ/ACQS est d’encourager la recherche sur le Québec auprès des étudiants de 2e et de 3e cycles, dans les domaines des sciences humaines et sociales.

Au cours de son séjour au Québec, en juillet prochain, M. Cotton pourra approfondir ses recherches, sous la supervision d’André Blais, professeur au Département de science politique à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études électorales. Toutes nos félicitations à M. Cotton !

« Genre et professionnalisation de la politique municipale »

« Genre et professionnalisation de la politique municipale. Un portrait des élues et élus du Québec »

La proportion des femmes en politique municipale, bien qu’elle se soit accrue sensiblement au fil des dernières années, est encore faible. En effet, il n’y avait que 17 % de mairesses et 32 % de conseillères municipales au Québec en 2013. Qui sont les élues et les élus municipaux ? Leurs pratiques et leurs perceptions varient-elles selon le genre ? À partir d’une enquête menée auprès de plus de 500 élues et élus municipaux dans une quarantaine de villes moyennes et grandes du Québec, les auteures Anne Mévellec et Manon Tremblay proposent une analyse du personnel politique sous l’angle de la professionnalisation, dans une perspective sensible au genre. Consultez la fiche du livre ici : « Genre et professionnalisation de la politique municipale. Un portrait des élues et élus du Québec »

Je suis Île/I am Turtle

Colloque « ’’Je suis Île’’/’’I am Turtle’’ Quelle(s) place(s) pour les représentations artistiques, culturelles et identitaires autochtones dans l’espace urbain ? », 5, 6 et 7 octobre, Université de Montréal

Dans une visée de décolonisation des relations entre Autochtones et Allochtones, les organisateurs de ce colloque proposent un espace multiforme d’échanges critiques afin d’étudier ces dynamiques d’absences, de (ré)inscriptions et de (ré)appropriations actives des espaces urbains, institutionnels et immatériels. Les communications pourront être prononcées en français, en anglais ou dans une langue autochtone. Elles peuvent être académiques ou performatives. La date limite pour le dépôt des propositions est le 1er mars.

« ’’Je suis Île’’/’’I am Turtle’’ Quelle(s) place(s) pour les représentations artistiques, culturelles et identitaires autochtones dans l’espace urbain ? »

Un temps de réconciliation ?

« Un temps de réconciliation ? » : Table ronde organisée par Myra Bloom, mai 2027, Toronto

Cette table ronde, organisée par Myra Bloom (Université de Toronto), à l’occasion de la conférence annuelle de l’Association des littératures canadiennes et québécoises/The Association for Canadien and Québec Literatures, portera sur des engagements littéraires avec le concept de « réconciliation ». Cette rhétorique joue un rôle important dans de multiples domaines du discours politique canadien contemporain. Les propositions de communication doivent être acheminées à Myra Bloom, membre de l’AIEQ, au plus tard le 15 février.

Colloque pour jeunes chercheurs

Nous vous rappelons qu’il est encore temps de soumettre vos propositions de communication pour le colloque des jeunes chercheurs en études québécoises (hors Québec) qui se tiendra le 8 mai à l’Université McGill, dans le cadre du congrès de l’Acfas. Celles-ci sont attendues au plus tard le 10 février. Par ailleurs, les membres qui souhaitent bénéficier d’un soutien financier pour la participation à un colloque, l’organisation d’un colloque, la distribution d’un ouvrage portant sur le Québec et l’enrichissement d’un cours sur le Québec ont jusqu’au 10 février pour soumettre une demande. Finalement, nous avons prolongé au 6 février la date limite pour le dépôt des candidatures pour la Bourse pour les étudiants américains AIEQ/ACQS. Les informations concernant ces bourses et appels à projets sont disponibles dans notre site.

Solidarité 29 janvier 2017

L’équipe de l’AIEQ tient à exprimer sa profonde tristesse à la suite de la tragédie survenue à la Grande mosquée de Québec, le 29 janvier. Le dialogue et l’ouverture à l’autre demeurent le meilleur rempart contre la haine et la terreur. Nos pensées accompagnent les proches des victimes ainsi que les communautés musulmanes au Québec et ailleurs dans le monde.

Bien-être en ville…

«Bien-être en ville : espaces urbains, langues, cultures et sociétés»

Les actes du colloque «Bien-être en ville : espaces urbains, langues, cultures et sociétés», sous la direction de Paola Puccini et d’Isabelle Kirouac Massicotte, s’inscrivent dans le cadre des activités de recherche du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CISQ) qui a son siège administratif au Département de Langues, Littératures et Cultures modernes de l’Université de Bologne. Grâce à la collaboration des universités membres telles que Bari, Florence, Gênes, Milan, Rome, Trente, Trieste, Turin et Venise, le Centre organise tous les deux ans un colloque sur l’un des aspects de la culture québécoise. En réfléchissant à la thématique de ce colloque, le Centre tenait d’abord à réunir un réseau interdisciplinaire et à susciter un dialogue entre le Québec et l’Italie. En adoptant des perspectives diverses, issues de différentes disciplines (linguistique, traductologie, analyse du discours, littérature, sociologie, urbanisme, étude du paysage, géographie, histoire, etc.) et en s’inspirant d’approches théoriques actuelles, les participants se sont penchés sur le thème du bien-être en ville. Il s’agissait de tracer le portrait d’une ville dont l’intelligence dépend non seulement de sa capacité à mettre en oeuvre des infrastructures efficaces et durables pour améliorer le confort des citoyens, mais aussi, et surtout de son aptitude à replacer l’individu au centre du tissu urbain.
Page 20 sur 30« First...192021...Last »