• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des catégories :

Divers

Claude Hauser président de l'Association internationale des études québécoises

Président de l’AIEQ

Le 25 mai dernier, les membres du conseil d’administration de l’AIEQ m’ont témoigné de leur pleine confiance en m’élisant président pour les trois prochaines années. Je mesure bien la grande responsabilité de cette tâche et je peux vous assurer que je ferai de mon mieux afin d’œuvrer au meilleur avenir possible des études québécoises dans le monde.

Cela fait près d’une vingtaine d’années que j’ai pris goût et intérêt à l’étude du Québec, de son histoire passionnante et des cultures qui composent cette société à la fois originale et ouverte sur le monde. Au fil des recherches scientifiques que j’ai pu mener dans le champ culturel des études québécoises, mon intérêt initial s’est élargi et approfondi, notamment au travers de l’animation du Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie qui a été fondé en 2010 et que j’ai le plaisir de codiriger depuis sa création. J’ai ainsi la chance de pouvoir cultiver une passion pour ce « Québec qui bouge », tant au plan culturel que scientifique, et d’apprécier grandement la vitalité des études québécoises qu’alimentent les activités de l’AIEQ.

Pouvoir servir à la consolidation et au développement de ce réseau scientifique unique de par le monde en acceptant de diriger l’Association est pour moi un honneur et une grande motivation, à la fois humaine et intellectuelle.

Je m’engage à relever avec enthousiasme ce beau défi de la présidence de l’AIEQ, confiant que je pourrai compter sur le travail d’équipe qui fait partie de l’ADN de ce formidable réseau. J’ai déjà pu apprécier le dévouement exceptionnel des membres du conseil d’administration. Cette collégialité correspond tout à fait à ma conception d’une approche partagée et solidaire du travail scientifique. Ce sera un plaisir d’intensifier les échanges et collaborations avec les collègues des comités et de la direction de l’AIEQ, ainsi qu’avec tous les membres que je serai amené à côtoyer dans le développement des activités associatives.

Avec la collaboration et toutes et de tous, nous saurons préserver, et j’espère faire fructifier l’héritage que nous laisse Miléna Santoro, qui a présidé les destinées de l’AIEQ au cours des trois dernières années avec une détermination hors du commun et une foi inébranlable en l’avenir des études québécoises dans le monde.

Claude Hauser, président

Partenariat AIEQ/ACEQ

Le partenariat entre l’Association internationale des études québécoises et l’Association coréenne des études québécoises s’est une fois de plus illustré à l’occasion du colloque annuel de l’ACEQ qui s’est tenu le 17 novembre dernier à Séoul. Sous le thème «Québec, 50 ans après Mai 68», ce colloque a réuni des professeurs sud coréens qui partagent un intérêt pour la littérature et la culture québécoises.

L’AIEQ a financé la participation à ce colloque de Marie-Andrée Bergeron, professeure en études françaises et francophones à l’Université de Calgary. La conférence de madame Bergeron avait pour titre «Les suites de 1968 au Québec : entre les espérances et la résignation».

Rappelons qu’en 2017, l’AIEQ a signé une entente avec l’ACEQ afin de créer une Bourse pour la recherche sur le Québec, dont l’objectif est de promouvoir les échanges académiques, culturels et scientifiques entre la Corée et le Québec. Elle est décernée annuellement par l’ACEQ et l’AIEQ aux meilleurs projets de recherche ou aux meilleures publications sur le Québec. La première récipiendaire était madame Ji-Soon Lee, professeure au Département de langue et littérature françaises à l’Université Sungkyunkwan. Elle s’intéresse plus particulièrement à la ville dans les romans québécois des années 1940 et la quête d’identité et la différence dans les films de Xavier Dolan. En 2018, c’était au tour de monsieur Heui-Tae Park de bénéficier de la Bourse AIEQ/ACEQ pour effectuer un séjour au Québec. Monsieur Park enseigne les arts libéraux à l’Université Sungkyunkwan et concentre ses recherches sur les films québécois, plus particulièrement les documentaires. En tant que responsable académique de l’ACEQ, monsieur Park assure l’organisation du colloque annuel, en plus de diriger le comité éditorial.

C’est en mai 2004 qu’est fondé, en Corée du Sud,  un groupe d’étude sur le Québec. En 2006, l’Association coréenne d’études québécoises pour les études littéraires, linguistiques, culturelles et artistiques du Québec est officiellement créée et tient son premier colloque à l’Université de Corée, à Séoul. L’organisation, qui compte environ 100 membres réguliers, est présidée par monsieur Yongtaek Han, de l’Université Kyonggi. Les autres membres du conseil d’administration sont : Okkeun SHIN, Université Nationale de Kongju (vice-président) ; Chaeyoung LEE, Université féminine Sungshin (secrétaire général) ; Heui-Tae Park, Université Sungkyunkwan (responsable académique) ; Chaeyoung LEE, Université Féminine Sungshin (responsable financier) ; et Kaya LEE, Université Sungkyunkwan (responsable de l’informatique).

Outre son colloque annuel, l’ACEQ compte plusieurs publications à son actif, dont six volumes de la revue «Études québécoises» (2007 à 2012), «Découvrir le Québec par les mots-clés» (2014) et «Histoire représentée ou représentation de l’Histoire» (2017). Une publication des actes du colloque de 2016 portant sur le cinéaste québécois Xavier Dolan de même que ceux de 2017 et 2018 sont en préparation.

Longue vie à l’ACEQ et à ses membres qui contribuent de façon significative à l’avancement des connaissances sur le Québec en Corée !

Séminaire International CISQ 2019

Le Centre interuniversitaire d’études québécoises (CISQ) tiendra son colloque biannuel à l’Université de Gênes les 11 et 12 avril 2019. Il regroupera les chercheurs du CISQ, ainsi que des chercheurs extérieurs, autour du thème du voyage au Québec, dans les domaines de la culture, de la langue et de la littérature. Des grands voyageurs de l’époque de la Nouvelle-France aux représentations du Québec dans les guides touristiques, voici un sujet très vaste qui pourra montrer la recherche en études québécoises dans toute sa richesse.

Les propositions de communication (titre et bref résumé de 200 mots environ, plus références bibliographiques) sont attendues au plus tard le 15 novembre 2018, à l’adresse cisqunige2019@gmail.com.

La réponse du comité scientifique est prévue le 15 décembre.

Deux membres de l’AIEQ font partie du comité scientifique : Anna Giaufret, professeure au Département de langues et cultures modernes à l’Université de Gênes et Paola Puccini, professeure au Département de langues, littératures et cultures modernes à l’Université de Bologne.

Le Centre interuniversitaire d’études québécoises est né en 1998 de la refonte du Centre d’études québécoises (CSQ) créé à Bologne en 1984 par Franca Marcato. Aujourd’hui, le CISQ est composé de 10 unités opératives: Bologne (siège organisationnel et administratif), Bari, Florence, Gênes, Milan, UNINT de Rome (Università degli Studi Internazionali di Roma), Trente, Trieste, Turin et Venise.

 

Poste de Faculty Lecturer à McGill

Le Centre d’enseignement du français (CEF) de la Faculté des arts de l’Université McGill sollicite des candidatures pour un poste de Faculty Lecturer non titularisable en français langue seconde. Ce poste est d’une durée de deux ans, renouvelable. La durée totale du contrat est de cinq ans. La date d’entrée en fonction est le 1er août 2018. L’échéance pour soumettre un dossier de candidature est le 8 juillet 2018. Détails.

 

 

Consultez le rapport de l’AIEQ 2017-2018 ici.

Cinquième Colloque international FLE

Le département de langues étrangères de l’Université de Porto Rico et le département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières, de concert avec l’Association portoricaine des professeurs de français (APPF) organisent, du 28 février au 2 mars 2019, un colloque portant sur les perspectives didactiques et éducatives du FLE : approches plurielles et (r)éveil au français en milieu universitaire. Ce colloque s’adresse tout particulièrement aux chercheurs en FLE, mais aussi aux didacticiens du français auprès de non-francophones. Vincent Chanethom (George Mason University) sera le conférencier invité. La date de tombée pour soumettre une proposition de communication ou une table-ronde est le 15 septembre 2018.  Pour de plus amples renseignements, consulter le http://appfpuertorico.org

Message important aux membres

En prévision de son Assemblée générale annuelle,  le jeudi 24 mai, l’AIEQ publie un appel de candidatures pour le renouvellement de son conseil d’administration.

Le présent appel s’adresse aux membres de l’AIEQ qui souhaiteraient présenter leur candidature pour siéger au conseil d’administration. À titre de rappel, ce conseil d’administration est composé de 32 membres. La moitié d’entre eux, ceux de la série A, ont été élus en 2016 pour un mandat de deux ans et leur mandat vient à échéance en mai de cette année. Ceux de la série B ont été élus, en 2017, pour une période de deux ans qui se termine en 2019.

Il importe de souligner que les règlements généraux de l’Association prévoient, à l’article 29, que : « Les administrateurs sont rééligibles. Normalement, un administrateur se retire après trois mandats consécutifs. Il est cependant loisible au comité exécutif de recommander à l’assemblée générale la candidature d’un administrateur sortant pour un mandat supplémentaire ».

Si vous souhaitez poser votre candidature pour l’un ou l’autre de tous les postes de la série A ou pour celui de la série B qui sera à combler, vous pouvez le faire en utilisant le bulletin de mise en candidature que nous pourrons vous transmettre par courriel (accueil@aieq.qc.ca). Ce bulletin doit être transmis impérativement au plus tard le 17 mai 2018 par courrier électronique (accueil@aieq.qc.ca). Un comité de mise en nomination examinera toutes les candidatures qui auront été soumises et recommandera aux membres de l’Association d’élire, lors de l’assemblée générale du 24 mai prochain, la liste des candidats qui sont le plus en mesure d’apporter une contribution significative au développement des études québécoises. Cette liste sera établie de manière à assurer le mieux possible la diversité et la représentativité du réseau de l’AIEQ au sein du Conseil d’administration, et ce, en tenant compte du pays, de l’université et de la discipline des candidats.

Voici la liste des membres du conseil d’administration (série A et série B) :

Série A (échéance du mandat en mai 2018) :

Section québécoise : Université de Montréal (Pierre Noreau); Université Concordia (Sherry Simon); Université de Sherbrooke (Nathalie Watteyne); UQTR (Lucie Guillemette); UQAM (Lori Saint-Martin). Section canadienne : Ontario (Anne Trépanier). Section internationale : Allemagne-Autriche (Ursula Moser) Autriche; Brésil (Licia Soares de Souza); Espagne (Marina Lopez Martinez); États-Unis (Milena Santoro); France (Hélène Amrit); Pays scandinaves (Françoise Sule) Suède; Irlande (Michael Brophy); Mexique (Delia Montero); Russie (Ekaterina Isaeva); Royaume-Uni (Leigh Oakes).

Série B (échéance en mai 2019) :

Section québécoise : Université Laval (Martin Pâquet); UQAM (Yves Bergeron); Université McGill (Pascal Brissette); UQAR (Catherine Broué); Université de Montréal (Gilles Dupuis); Téluq (Yan Hamel); Section canadienne : Ouest canadien (vacant); Acadie (Jean Morency); Section internationale : Maroc (vacant); Asie sauf Chine et Japon (Nallan Chakravarthy Mirakamal) Inde; Belgique, Suisse, Luxembourg (Claude Hauser) Suisse; Chine (Li Hongfeng) ; États-Unis (Charles Batson) ; Pologne (Krzystof Jarosz) ; Italie (Paola Puccini); Japon (vacant).

Un nouveau partenariat pour l’Association internationale des études québécoises !

Montréal, le 25 avril 2018

La présidente de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), Mme Miléna Santoro, professeure à l’Université Georgetown, à Washington DC., a profité de son passage à Montréal, le 20 avril, pour échanger avec le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion. Au terme de cette discussion, ils se sont entendus pour jeter les bases d’une entente de partenariat qui assurera le financement de l’Association pour les prochaines années.

Cette nouvelle entente de principe établit un partenariat avec des acteurs incontournables du monde de la recherche québécoise que sont les Fonds de recherche du Québec, sous l’autorité du scientifique en chef. Par celle-ci, le gouvernement du Québec, par l’intermédiaire des Fonds de recherche, mise sur la mutualisation des réseaux scientifiques québécois et internationaux pour permettre un renforcement des actions et des retombées. Cette entente sera soumise à une reddition de compte qui assurera la transparence de ses activités.

« Grâce à cette entente, de nouveaux horizons s’ouvrent pour notre réseau de québécistes à l’international. L’AIEQ pourra, comme elle l’a fait durant les 20 dernières années, continuer d’encourager la promotion des études québécoises à travers le monde. L’AIEQ remercie par ailleurs la ministre St-Pierre pour son soutien des plus appréciés et son travail dans la mise en place de ce partenariat. », s’est réjouie Mme Santoro.

Le scientifique en chef, Rémi Quirion, partage l’optimisme de la présidente de l’Association : « Cette collaboration entre l’AIEQ et le réseau des Fonds de recherche du Québec favorisera le développement d’une approche interdisciplinaire qui permettra de mettre en lumière les modèles de savoir et de recherche québécois par des chercheurs tant québécois qu’étrangers en créant notamment, à partir des sciences sociales et humaines, de nouvelles synergies entre les membres du réseau de l’AIEQ et les scientifiques et experts venant d’autres disciplines. »

Quant à la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, elle a accueilli en ces termes le partenariat entre l’AIEQ et les Fonds de recherche du Québec : « Dans un contexte où la Politique internationale du Québec Le Québec dans le monde : s’investir, agir, prospérer exprime une volonté d’accroître le rayonnement de la communauté scientifique québécoise à l’étranger, et ce, dans tous les domaines d’intérêt pour le gouvernement du Québec, ce partenariat répond parfaitement aux objectifs que nous poursuivons. J’en profite pour rappeler qu’en plus de soutenir l’AIEQ mon ministère est fier de contribuer à la hauteur de 1,228 M$ pour l’action internationale des institutions d’enseignement supérieur. »

Tout en maintenant les éléments prioritaires de ses activités, notamment le soutien à la recherche et les bourses d’excellence, l’AIEQ pourra ainsi explorer de nouvelles collaborations avec le milieu de la recherche représenté par les Fonds de recherche du Québec, dans le respect de sa propre mission qui est de promouvoir les études québécoises dans le monde.

Fonds de recherche du Québec

Relevant de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, les Fonds de recherche du Québec ont pour mission d’assurer le développement stratégique et cohérent de la recherche québécoise et de la soutenir financièrement, d’appuyer la formation des chercheurs, d’établir les partenariats nécessaires à la réalisation de leur mission et de promouvoir et soutenir la mobilisation des connaissances.

L’AIEQ

L’Association internationale des études québécoises rassemble des professeurs, chercheurs et étudiants du Québec et d’ailleurs dans le monde qui développent, partagent et diffusent les connaissances sur le Québec. Depuis 20 ans, le réseau de l’AIEQ a rejoint plus de 3000 québécistes, associations et centres d’études partenaires dans près de 80 pays. Grâce à l’appui financier qu’elle accorde à ses membres, quelque 800 activités scientifiques ont été réalisées à travers le monde. L’Association a aussi permis à un millier d’enseignants de suivre une formation intensive sur le Québec, sa littérature et sa culture et accordé une centaine de bourses de recherche ou de perfectionnement à des professeurs et étudiants.

Sources :

Suzie Beaulieu, Association internationale des études québécoises, 418 528 7560

Benoit Sévigny, Directeur des communications et de la mobilisation des connaissances, Fonds de recherche du Québec, 514 864-1619

Information :

Pascal Brissette

Directeur du Département de langue et littérature françaises, Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises, Université McGill, 514 754-7632, pascal.brissette@mcgill.ca

Martin Pâquet
Professeur titulaire de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord, Département des sciences historiques , Université Laval, 418-656-2131 poste 8285, Martin.Paquet@hst.ulaval.ca

Britt et Arsenault lues en Espagne

Claire-Marie Kelechian a obtenu, l’année dernière, une bourse de l’AIEQ lui permettant d’effectuer un stage de perfectionnement en enseignement du français langue étrangère à l’Université Laval. De toute évidence, son séjour au Québec s’avère une source d’inspiration dans son travail !

Madame Kelechian nous a fait part d’une activité réalisée avec ses élèves :

«Les élèves francophones de 2ème de l’École européenne d’Alicante (Espagne) ont lu Jane, le renard et moi et Louis parmi les spectres, deux romans graphiques, de Fanny Britt et d’Isabelle Arsenault.

Avec beaucoup de sensibilité, de soin et de perspicacité, ils ont pris leur plume pour donner leurs avis sur les deux romans graphiques des deux artistes québécoises qui ont, évidemment, répondu à leur missive. Mais la curiosité intellectuelle des jeunes lecteurs ne s’est pas arrêtée là, les échanges épistolaires se sont poursuivis car chacun d’entre eux a posé des questions très subtiles sur l’aspect esthétique, narratif, sur la conception et l’accouchement d’une œuvre littéraire et aussi sur la part autobiographique des deux romans graphiques. Ces jeunes adolescents ont été touchés par l’universalité des thèmes. Qui mieux que l’auteur peut répondre aux questions de ses lecteurs ?

Par ailleurs, cet échange épistolaire aura été l’occasion, par la littérature, de voyager sur le continent américain, au Québec, d’ouvrir les esprits sur la richesse de la langue française et sur l’Autre. Expérience providentielle pour l’enseignante.»

Merci à madame Kelechian de transmettre à ses élèves son amour de la littérature québécoise !

Appel de propositions d’article

Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) sont publiés deux fois par année par la SQRM afin de permettre à la Société de remplir son mandat en matière de recherche musicale.

Un appel de propositions d’article est lancé pour un volume à paraître à la fin de l’année 2018 ou au début de 2019. Ce numéro athématique réunira des articles d’érudition portant sur de récentes recherches menées dans n’importe quel domaine relié à la musique : acoustique, audionumérique, archivistique, chanson, composition, droit, électroacoustique, esthétique, ethnomusicologie, interdisciplinarité artistique, interprétation, multimédia, musicologie historique et théorique, organologie, pédagogie, philosophie, recherche-création, sociologie, etc. Les Cahiers encouragent particulièrement les auteurs québécois ou canadiens, ou ceux dont les recherches portent sur des sujets québécois ou canadiens, à soumettre une proposition.

Propositions

Les auteurs (professeurs, étudiants ou chercheurs indépendants) intéressés à publier un article doivent informer le rédacteur en chef de la revue, Jean Boivin (Jean.Boivin@USherbrooke.ca), de leur intention en déposant une proposition d’ici le vendredi 4 mai 2018. Les auteurs bénéficieront par la suite d’une période de deux mois pour rédiger le texte complet de leur article (d’une longueur maximale de 7 000 mots, sans compter les figures, les tableaux, les exemples musicaux, les notes de bas de page et la liste des références).

Les propositions d’article doivent comprendre les éléments suivants :

  • un titre provisoire;
  • un texte d’une longueur maximale de 350 mots présentant le sujet de recherche, la problématique et les conclusions;
  • les coordonnées complètes de l’auteur.

La revue est membre de la Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP) et elle est diffusée en format électronique depuis 2012 via la plateforme Érudit (un abonnement gratuit est fourni aux membres de la SQRM). Les articles jouissent d’une large diffusion en étant répertoriés dans le Répertoire international de littérature musicale (RILM) et dans Music Index.

Page 1 sur 4123...Last »