• RSS feed
  • Facebook
 

Nouvelles

Visite de l’AJEQ à l’AIEQ

Le 28 octobre dernier, l’équipe de l’AIEQ a eu le plaisir de recevoir madame Kazuko Ogura, présidente sortante de l’Association japonaise des études québécoises, professeure à la Faculté de communication interculturelle à l’Université Rikkyo à Tokyo et membre de l’AIEQ. Cette rencontre a permis d’échanger sur les collaborations entre l’AIEQ et l’AJEQ, notamment la remise du Prix Obata pour la recherche sur le Québec. Ce Prix, institué en 2014 afin de commémorer M. Yoshikazu Obata, fondateur de l’AJEQ, récompense les meilleurs projets de recherche ou les meilleures publications sur le Québec. La professeure Ogura a également dressé un bilan très positif de la présence de Kim Thuy au congrès de l’AJEQ qui s’est tenu le 8 octobre dernier à l’Université Meiji, à Tokyo. L’AIEQ a contribué à la visite au Japon de l’auteure Kim Thuy grâce à son programme de tournée d’auteur. La visite de madame Ogura à l’AIEQ a par ailleurs permis de mesurer l’intérêt à l’égard des études québécoises au Japon. En témoigne un site internet qui regroupe une série de trois phases d’entrevues réalisées avec des «québécistes». La première a été effectuée en 2012-2013 auprès des membres de l’AJEQ, mais aussi des personnes étroitement liées au Québec, pour célébrer le 40e anniversaire de la Délégation générale du Québec à Tokyo.  La deuxième a réuni, en 2014, des entrevues dans lesquelles les jeunes chercheures et chercheurs présentent leurs travaux en français et en japonais. La troisième, la plus récente, présente, de façon non exhaustive, quelques aspects de la culture japonaise.

Tant la directrice générale que la responsable des services aux membres ont apprécié cette rencontre qui témoigne de la vitalité des études québécoises au Japon !

Alain Beaulieu en Russie

Le Centre de formation et de recherche Moscou-Québec de l’Université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU) a eu le plaisir d’accueillir dans ses murs, le 31 octobre dernier, Alain Beaulieu, écrivain et professeur au Département des littératures à l’Université Laval. Sa visite à RGGU s’inscrivait dans le cadre de la « Journée de littérature québécoise » organisée de concert avec les partenaires de RGGU à l’Université Laval, Tatiana Mogilevskaya et Alexandre Sadetsky.

La conférence «Lire la littérature québécoise avec l’œil de l’écrivain», donnée par Alain Beaulieu dans un format dialogique avec la conférence « Dynamique de la métonymie : histoire d’un voyage comme anagramme d’un mythe », présentée par son collègue Alexandre Sadetsky, ont suscité un vif intérêt chez le public estudiantin et académique de l’université.

La deuxième partie de la «Journée de la littérature du Québec» a été consacrée au concours de traduction d’un extrait de la nouvelle « Le dernier chapitre» d’Alain Beaulieu, auquel ont participé les étudiants de différents départements de RGGU. L’écrivain a lui-même remis les diplômes et les trois premiers prix aux gagnants du concours. En complément de cette journée, Anne-Marie Plourde, Jean-Louis Bordeau et François-Antoine Bourque, étudiants de l’Université Laval en stage à RGGU, ont présenté, sous forme d’un petit spectacle, des légendes du Québec qui ont été acclamées par les étudiants russes. Le jour suivant, Alain Beaulieu a donné une autre conférence dans la salle de lecture « Francothèque » à la Bibliothèque de la littérature étrangère, où il a répondu à de nombreuses questions sur son œuvre, «Quelque part en Amérique».

Le 3 novembre, l’auteur et professeur s’est rendu à Saint-Pétersbourg, où il a pris part à une rencontre organisée en collaboration avec la faculté des lettres de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg et le Collège universitaire français.

L’AIEQ est heureuse d’avoir été associée à ces événements du Centre interuniversitaire Moscou-Québec, grâce à son programme de tournée d’auteur, et félicite chaleureusement ses artisans : Ekaterina Isaeva, directrice du Centre Moscou-Québec à RGGU et membre du conseil d’administration de l’AIEQ, Tatiana Mogilevskaya et Alexandre Sadetsky, professeurs à l’Université Laval et membres de l’AIEQ.

Rapport annuel 2016

AIEQ Rapport annuel 2016

Finalistes des Prix GG 2016

Le Conseil des arts du Canada annonçait, le 4 octobre, la liste des finalistes des Prix littéraires du Gouverneur général (Prix LivresGG) de 2016. Cette année, plus de 1450 titres en français et en anglais ont été soumis. Plusieurs auteurs québécois sont dans la course, entre autres Anaïs Barbeau-Lavalette pour son roman «La femme qui fuit» et Daniel Grenier pour son roman «L’année la plus longue». Rappelons que ce dernier figurait parmi les auteurs finalistes au Prix des lycéens AIEQ 2016, qui permet à des jeunes de la Suède et de la Catalogne de découvrir les auteurs québécois.

Nouvelles revues sur Érudit

Publiée trois fois par an, la nouvelle revue de la Société littéraire de Laval «Entrevous» met de l’avant des œuvres multidisciplinaires intégrant le littéraire, les processus de création littéraire et l’inscription de la littérature dans les espaces publics.

«Les Écrits» est une revue de création littéraire qui mélange les arts de la parole (récit, poésie, essai) et les arts visuels (peinture, photo,vidéo).

Ces deux revues sont accessibles aux institutions par abonnement.

« Histoire engagée »

La revue en ligne «HistoireEngagée» propose un dossier sur «Les héritages de la Révolution tranquille». On y trouve des articles de Daniel Letendre, membre associé du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), et de Rachel Nadon, membre étudiante du CRILCQ – Université de Montréal et membre de l’AIEQ. Jean-Philippe Warren, professeur de sociologie à l’Université Concordia et membre de l’AIEQ, y signe également un article intitulé  «L’origine d’un nom. D’où vient l’expression « Révolution tranquille » ?».

Cyberinfrastructure canadienne en sciences humaines et sociales

La Fondation canadienne pour l’innovation a annoncé le financement de sept cyberinfrastructures nationales, dont la «Cyberinfrastructure ouverte pour les sciences humaines et sociales», placée sous la direction de Vincent Larivière, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante à l’Université de Montréal et directeur scientifique d’Érudit.

Spiritualités individuelles et collectives en Nouvelle-France

En collaboration avec Simon Fraser University et plusieurs ordres religieux qui ont joué un rôle fondateur dans l’histoire de Montréal, le Collectif d’Anthropologie et d’Histoire du Spirituel sous l’Ancien Régime (CAHSA) organise ces journées d’études sur le thème de l’interaction entre le spirituel et la spiritualité en Nouvelle-France et propose par conséquent d’explorer les rapports dialectiques entre la mystique individuelle et la religion collective. Joy Palacios, professeure de littérature à l’Université Simon Fraser et membre de l’AIEQ, fait partie du comité organisateur de ces journées d’études.

Inscriptions: www.cahsanet.org

Page 27 sur 32« First...262728...Last »