Message du président

Chers, chères membres et amis,

L’année 2020 restera imprégnée dans notre mémoire collective. À l’aube de 2021, il est permis d’espérer une reprise graduelle de nos vies personnelles et professionnelles qui ont grandement été perturbées par la pandémie de COVID-19. 

À quelques semaines de la fin de l’année budgétaire de notre Association, plusieurs projets ont dû être annulés ou reportés. Néanmoins, les activités réalisées par nos membres au cours de la période 2019-2020 sont nombreuses. À cet égard, je vous invite à prendre connaissance du Rapport annuel 2019-2020 adopté lors de notre Assemblée générale qui s’est déroulée en mode virtuel le 23 octobre dernier. Lors de leur réunion le même jour, les membres du conseil d’administration ont, notamment,  adopté le Plan stratégique 2021-2024 qui orientera notre action dans les prochaines années. Notre conseil d’administration s’est enrichi de nouveaux administrateurs encore cette année: Sophie Marcotte, professeure titulaire au Département d’études françaises de l’Université Concordia, Loïc Bourdeau, professeur adjoint en études françaises et francophones à l’Université de Louisiane à Lafayette, Nadia Chafik, professeure à la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université Mohammed V à Rabat et Ji Jing, maître de conférence à la Faculté d’études françaises et francophones à l’Université des langues étrangères de Beijing. Un hommage a été rendu à Miléna Santoro (Georgetown University) pour son apport exceptionnel au rayonnement de l’AIEQ. La liste des membres du conseil d’administration 2020-2021 est également disponible sur le site de l’AIEQ. Les membres du comité exécutif ont été reconduits dans leurs fonctions. Je tiens à remercier Martin Pâquet, vice-président aux Affaires administratives et financières, d’avoir assumé, au pied levé et avec brio, la tâche de présider nos deux réunions en mon absence pour cause de force majeure.

Malgré la pandémie, le comité exécutif ainsi que le comité scientifique poursuivent leurs travaux.

Outre le nouveau visuel de la page d’accueil du site, une chaîne YouTube regroupe différentes présentations vidéos de nos membres (conférences, entretiens, formations, lectures). Je tiens à remercier la présidente du comité scientifique, Anne Trépanier,  pour sa précieuse contribution dans la mise en place de cette nouvelle ressource qui vient enrichir l’offre des services de l’AIEQ. De plus, une bonne façon de vous informer des nouveautés en études québécoises, est de consulter régulièrement la page Facebook de l’Association.

Nous avons en outre renouvelé nos ententes avec Érudit, qui offre un accès centralisé, à travers sa plateforme de recherche, à du contenu de haut niveau dans plus de 30 disciplines des sciences humaines et sociales. Dès janvier 2021, il sera possible pour nos membres de nous transmettre une demande afin d’obtenir un accès à ces revues savantes.

Nos membres pourront également bénéficier d’un abonnement gratuit à la 25e édition de « L’état du Québec 2021 » intitulée « La relance du Québec en 25 thèmes ». 

Finalement, nos membres qui enseignent le français langue étrangère peuvent encore obtenir gratuitement l’ouvrage pédagogique numérique « Le Québec, connais-tu? ».

Depuis la tenue de notre Assemblée générale, plusieurs activités, en mode virtuel, ont connu un grand succès et témoignent du dynamisme de nos membres, mentionnons : le 22e Colloque de l’Association coréenne d’études québécoises (ACEQ,) tenu le 14 novembre dernier avec, notamment, la participation de Sophie Marcotte (Université de Concordia). Des rencontres littéraires ont également eu lieu grâce à la collaboration de nos membres. Ainsi, le 21 novembre, les participants à un colloque organisé par Sara Bédard Goulet, de l’Université de Tartu (Estonie) ont pu suivre un entretien entre Simon Roy, auteur du roman « Ma vie rouge Kubrick » et Françoise Sule, vice-présidente Europe et Moyen-Orient. Le 8 décembre, c’était au tour de l’autrice Lula Carballo d’échanger avec des étudiants du lycée Gustav Adolf à Tallinn (Estonie) sur son roman « Créatures du hasard » qui avait été récompensé par le Prix littéraire AIEQ/Suède, Estonie, Barcelone en 2019.

L’AIEQ a, bien sûr, maintenu son appui financier à la publication d’ouvrages, par l’entremise de son programme de soutien à la diffusion des connaissances sur le Québec. 

Le premier ouvrage a pour titre « Dany Laferrière, la vie à l’œuvre », publié chez Peter Lang. Son auteure, Bernadette Desorbay, est docteure en philosophie et lettres. Son domaine d’enseignement et de recherche à la Humboldt-Universität de Berlin (HUB) couvre les littératures et cultures francophones (Afrique centrale, Québec et Caraïbes). L’écrivain Dany Laferrière a été reçu à la HUB dans le cadre d’une tournée de lectures et de conférences qu’elle avait organisée pour lui en 2014 dans trois universités allemandes (Humboldt-Universität Berlin, Freie Universität Berlin et Ludwig-Maximilian-Universität Munchen) ainsi qu’à la Literaturhaus de Dresde et à la Délégation générale du Québec à Munich. L’AIEQ avait accordé un soutien financier et logistique pour ce projet.

Un deuxième ouvrage, publié aux Presses de l’Université Laval, a pour titre « Lire et écrire chez les Amérindiens de Nouvelle-France ». Son auteur, Paul-André Dubois, est professeur titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval. Ses travaux portent principalement sur les missions catholiques sous le Régime français. Il est également l’auteur de l’ouvrage « Les Récollets en Nouvelle-France. Traces et mémoires », également aux Presses de l’Université Laval.

Le lancement d’un livre hommage dédié au professeur Jozef Kwaterko,  a eu lieu le 16 décembre, à l’occasion du 70e anniversaire de cet éminent québéciste de la première heure. 

Le développement de la relève en études québécoises demeure au cœur de nos préoccupations. C’est pourquoi de nouvelles bourses de mobilité destinées à des étudiants de deuxième et troisième cycles, ainsi qu’à des chercheurs post-doctoraux, seront annoncées en début d’année.

Ces bourses s’ajoutent à celles qui sont déjà offertes par l’AIEQ, en partenariat avec des associations ou institutions.  

Par ailleurs, l’AIEQ a lancé, en septembre dernier, une bourse spéciale de formation à distance en études québécoises. Dans le contexte de la pandémie qui affecte les activités scientifiques auxquelles l’AIEQ contribue habituellement par l’entremise de son programme de soutien à la diffusion des connaissances sur le Québec, cette bourse lui permet de poursuivre sa mission d’encourager le rayonnement des études sur le Québec partout dans le monde. Elle couvre les frais d’inscription d’un étudiant ou d’une étudiante d’une université hors-Québec à un cours ou un séminaire portant sur un aspect de la société et la culture québécoises offert en ligne par un professeur ou une professeure membre de l’Association. N’hésitez pas à faire connaître cette bourse auprès de vos étudiantes ou vos étudiants inscrits dans un programme universitaire et qui souhaitent s’inscrire à un cours en ligne portant sur le Québec.

Finalement, j’ai le plaisir de vous faire part de deux projets en cours pour lesquels nous sollicitons votre collaboration.

Le premier consiste à faire une recension des œuvres québécoises traduites par nos membres au cours des trois dernières années, ainsi que celles qui sont présentement en cours de traduction.  Votre collaboration à ce projet est importante afin de nous permettre de dresser une liste d’œuvres québécoises traduites dans une langue autre que le français, notamment à des fins d’enseignement au niveau universitaire. Un répertoire des œuvres sera diffusé dans le site de l’AIEQ. Faites-nous connaître vos traductions en nous fournissant par courriel les informations suivantes : Titre de l’œuvre traduite; Titre de l’œuvre en version originale; Langue de traduction; Année de traduction; Maison d’édition; Coût d’achat pour un exemplaire.

Le deuxième projet est la refonte de la carte interactive des études québécoises dans le monde. Vous serez sollicités, dès janvier prochain, pour nous indiquer les noms de vos collègues qui enseignent au moins un cours portant sur le Québec. La carte interactive qui sera produite à partir de ces informations sera diffusée sur le site de l’AIEQ. Elle permettra d’illustrer la vitalité des études québécoises dans le monde.

Nous avons tous et toutes connu de grands bouleversements dans nos habitudes de vie et de travail avec l’arrivée de la pandémie. Grâce aux technologies de l’information, je suis confiant qu’ensemble, nous pourrons contribuer à l’avancement des connaissances sur le Québec.

N’hésitez pas à nous faire part de vos projets en ce sens. Ce sera un plaisir de relayer l’information au plus grand nombre de québécistes possible !

Que 2020 se termine en toute sérénité et que l’année 2021 s’ouvre sur de nouvelles perspectives, grâce à votre soutien solidaire et à une énergie partagée !

Claude Hauser