• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des catégories :

Tournées

Clara B. Turcotte en Espagne

L’auteure Clara B. Turcotte, qui s’est méritée, en juin 2016, le Prix des lycéens AIEQ -Suède-Barcelone en littérature québécoise pour son roman «Demoiselles cactus», vient de terminer une tournée à Barcelone, Malmö, Stockholm et Copenhague.

Grâce à la collaboration de Françoise Sule, membre du comité exécutif de l’AIEQ et professeure à l’Université de Stockholm, et Ricard Ripoll i Villanueva, membre de l’AIEQ et professeur à l’Université autonome de Barcelone, Clara B. Turcotte a eu l’occasion d’échanger avec des étudiants sur son roman. Le programme de tournée comportait également une conférence à une école internationale à Malmö et un entretien au lycée de Franska Skolan de Stockholm avec une écrivaine suédoise. À cela s’est ajouté un café littéraire réunissant, entre autres, des membres de l’Association des enseignants de français en Suède, des étudiants, des lycéens ainsi que des membres de NACS (association nordique des études canadiennes) à l’ambassade du Canada à Stockholm, lors de la remise du prix.

Une conférence aux services francophones à Copenhague est venue clore la tournée de Clara B.Turcotte. Rappelons que Françoise Sule et Ricard Ripoll i Villanueva collaborent depuis quelques années au Prix des lycéens AIEQ-Suède-Barcelone, qui se veut un prolongement international du Prix littéraire des collégiens du Québec. Les élèves de Stockholm et Barcelone inscrits à leur classe de français ont débuté la lecture des 5 romans en lice pour le Prix des collégiens 2017 : «Les maisons», de Fanny Britt, «Le poids de la neige», de Christian Guay-Poliquin, «Mektoub», de Serge Lamothe, «Des femmes savantes», de Chloé Savoie-Bernard et «Le continent de plastique», de David Turgeon.

Le Prix des lycéens AIEQ-Suède-Barcelone gagne en popularité en Europe, grâce à la complicité de Françoise Sule! Des étudiants de français en Estonie se prêteront également à ce bel exercice de découverte des auteurs québécois en lice pour le Prix des collégiens 2017.

Louise Dupré en Alabama et au Mississippi

Louise Dupré, poète, romancière, dramaturge et essayiste, professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et membre de l’AEIQ, vient d’effectuer une tournée en Alabama et au Mississippi. Cette tournée avait été organisée par Metka Zupancic, professeure de français, langue moderne à l’Université de l’Alabama. C’est en termes très élogieux que celle-ci a fait le bilan de la visite de Louise Dupré.  «Ce que je tiens à souligner, c’est qu’on a pu créer une ambiance d’entente, de réflexion, d’échange qui nous a nourries et nous a permis d’avancer avec espoir dans ce monde si problématique», a mentionné madame Zupancic. Celle-ci a pu bénéficier de la collaboration de collègues du Mississippi qui n’ont rien ménagé pour faire de cette tournée un réel succès. Outre des rencontres à l’Université de l’Alabama, des discussions littéraires ont eu lieu à Birmingham, avec Heather West, professeure à l’Université Samford, et Anne Barton, vice-présidente de l’American Association of Teachers of French (AATF), qui prendra la relève de madame Zupancic à la présidence de cette association en février prochain. L’AIEQ a contribué financièrement à la tournée de Louise Dupré en Alabama et au Mississippi grâce à son programme de tournée d’auteur, que subventionne le Conseil des Arts et des Lettres du Québec (CALQ).

Alain Beaulieu en Russie

Le Centre de formation et de recherche Moscou-Québec de l’Université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU) a eu le plaisir d’accueillir dans ses murs, le 31 octobre dernier, Alain Beaulieu, écrivain et professeur au Département des littératures à l’Université Laval. Sa visite à RGGU s’inscrivait dans le cadre de la « Journée de littérature québécoise » organisée de concert avec les partenaires de RGGU à l’Université Laval, Tatiana Mogilevskaya et Alexandre Sadetsky.

La conférence «Lire la littérature québécoise avec l’œil de l’écrivain», donnée par Alain Beaulieu dans un format dialogique avec la conférence « Dynamique de la métonymie : histoire d’un voyage comme anagramme d’un mythe », présentée par son collègue Alexandre Sadetsky, ont suscité un vif intérêt chez le public estudiantin et académique de l’université.

La deuxième partie de la «Journée de la littérature du Québec» a été consacrée au concours de traduction d’un extrait de la nouvelle « Le dernier chapitre» d’Alain Beaulieu, auquel ont participé les étudiants de différents départements de RGGU. L’écrivain a lui-même remis les diplômes et les trois premiers prix aux gagnants du concours. En complément de cette journée, Anne-Marie Plourde, Jean-Louis Bordeau et François-Antoine Bourque, étudiants de l’Université Laval en stage à RGGU, ont présenté, sous forme d’un petit spectacle, des légendes du Québec qui ont été acclamées par les étudiants russes. Le jour suivant, Alain Beaulieu a donné une autre conférence dans la salle de lecture « Francothèque » à la Bibliothèque de la littérature étrangère, où il a répondu à de nombreuses questions sur son œuvre, «Quelque part en Amérique».

Le 3 novembre, l’auteur et professeur s’est rendu à Saint-Pétersbourg, où il a pris part à une rencontre organisée en collaboration avec la faculté des lettres de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg et le Collège universitaire français.

L’AIEQ est heureuse d’avoir été associée à ces événements du Centre interuniversitaire Moscou-Québec, grâce à son programme de tournée d’auteur, et félicite chaleureusement ses artisans : Ekaterina Isaeva, directrice du Centre Moscou-Québec à RGGU et membre du conseil d’administration de l’AIEQ, Tatiana Mogilevskaya et Alexandre Sadetsky, professeurs à l’Université Laval et membres de l’AIEQ.

Page 2 sur 212