• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des catégories :

Divers

Tables rondes du CRILCQ

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) de l’Université du Québec à Montréal organise une série de tables rondes portant sur 4 thématiques : «La recherche en études queer au Québec» (31 janvier); «La recherche en littérature contemporaine au Québec» (16 février); «La recherche et la création sur le Nord, l’hiver et l’Arctique» (6 avril); «Créer l’expérience : approches multiples de la recherche-création» (26 avril). Les propositions sont attendues au plus tard le 11 décembre à crilcq@uqam.ca. Détails.

 

L’auteure Kim Thuy au CORIM

Le 28 novembre dernier, l’auteure Kim Thuy a pris part à une table ronde organisée par le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM) sur le thème : «Le rayonnement international des arts : quelle importance pour le Québec ?». Au cours de sa présentation, elle a tenu à souligner la contribution de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), qui joue un rôle crucial pour la promotion de la littérature québécoise partout dans le monde. Rappelons que c’est grâce à une subvention annuelle de 40 000 $ provenant du Conseil des Arts et des Lettres du Québec (CALQ) que l’AIEQ peut accorder une aide financière à ses membres pour l’organisation de tournées d’auteurs ou de réalisateurs québécois dans des établissements d’enseignement à l’extérieur du Québec, auxquelles s’ajoutent souvent des activités culturelles. Depuis la mise en place de ce programme, en 2002, l’AIEQ a permis au-delà de 320 tournées d’auteurs et de réalisateurs dans une trentaine de pays. Kim Thuy s’est rendue aux États-Unis, au Japon et en Suède grâce à ce programme. En avril 2016, elle avait pris part à une table ronde au Salon international du livre de Québec. Organisée en collaboration avec l’Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ), cette table ronde réunissait, outre Kim Thuy, Louise Dupré, Dany Laferrière et Larry Tremblay, ainsi que deux professeurs de littérature membres de l’AIEQ, Miléna Santoro et Ricard Ripoll i Villanueva, poète catalan et enseignant à l’Université autonome de Barcelone. Ces panelistes ont témoigné de l’importance de l’appui accordé par l’AIEQ pour le rayonnement à l’étranger de la littérature québécoise. CORIM.

Devenir membre de l’AIEQ

L’Association internationale des études québécoises (AIEQ) est un organisme sans but lucratif qui encourage et soutient les activités sur la recherche québécoise partout dans le monde telles l’organisation ou la participation à des colloques, l’enrichissement de cours où la distribution d’ouvrages portant sur le savoir québécois.

Découvrez les nouveaux avantages des membres.Avantages ←

Nouvelles

  • Un nouveau partenariat pour l’Association internationale des études québécoises !

    Montréal, le 25 avril 2018 La présidente de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), Mme Miléna Santoro, professeure à l’Université Georgetown, à Washington DC., a profité de son passage à Montréal,…

  • Appel à communications : CIÉF

    Le 32e congrès du Conseil International d’Études Francophones (CIÉF) se tiendra à Ottawa du 17 au 23 juin 2019, sous le thème «Marges et pouvoir de la francophonie». Afin…

  • Les études québécoises à Londres

    Guillaume Lamy, doctorant en science politique à l’UQAM et associé à la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) a bénéficié d’un soutien de l’AIEQ…

  • Deux boursières de l’AIEQ à Québec

    Le 20 juillet dernier avait lieu la cérémonie de remise des attestations de participation au stage de perfectionnement en enseignement du français langue étrangère (FLE) organisé par l’École de…

  • AITF : appel à communications

    Le IXe Congrès international de l’Association of Indian Teachers of French (AITF) se tiendra à Chennai du 14 au 16 février 2019, en collaboration avec l’Université de Madras et…

  • @nalyses : appel à contributions

    Créée en janvier 2006 au département de français de l’Université d’Ottawa, la revue @nalyses publie des études universitaires qui, par leur problématique ou leur approche, visent à renouveler le…

  • Félicitations à Lise Bizzoni !

    Lise Bizzoni, coordonnatrice scientifique et administrative au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) – site de l’UQAM, et membre de l’AIEQ, est l’une…

Poste à l’Université McGill

Le Centre d’enseignement du français (CEF) de l’Université McGill sollicite des candidatures pour un poste de Faculty Lecturer (sans titularisation) en français langue seconde. Ce poste de 3 ans est renouvelable et  mène à un engagement à durée illimitée après 6 ans.

Les candidats doivent détenir un diplôme de maîtrise en didactique des langues ou en linguistique ou l’équivalent. Une parfaite maîtrise du français, une bonne connaissance de l’anglais ainsi qu’une bonne connaissance des cultures d’expression française sont exigées. Les candidats possèdent une solide expérience en enseignement du français langue seconde au niveau post-secondaire et en enseignement des langues assisté par ordinateur. Détails

Jocelyn Létourneau à Londres

Professeur d’histoire du Québec contemporain à l’Université Laval, Jocelyn Létourneau  revient de Londres où il a participé au colloque «Staging Canada at Expo67 », organisé par Craig Moyes (King’s College London) et Steven Palmer (University of Windsor), du 1er au 4 novembre dernier.

Rappelons que l’AIEQ a contribué à l’événement en assumant les frais de transport de trois de ses membres : Jocelyn Létourneau, Jean-Philippe Warren (Université Concordia) et Caroline Martel (Université Concordia).

C’est en des termes très élogieux que M. Létourneau rend compte de sa participation au colloque : «Ce fut l’une des manifestations académiques les plus extraordinaires auxquelles j’ai assisté. Mariant les mots, la musique, les images et les performances, l’événement nous a permis de nous retremper dans l’atmosphère d’Expo67. J’ai beaucoup appris, ressenti et partagé durant les quatre journées et soirées qu’a duré le colloque».

Lors de son séjour à Londres, M. Létourneau a également pris part à une table ronde organisée par Tony McCulloch, directeur du programme d’études canadiennes à l’Institute for the Study of the Americas (Institute for Advanced Study, University of London). La table ronde portait sur le thème d’un article que M. Létourneau s’apprête à publier dans le London Journal of Canadian Studies : «Silent Revolution. The Transformation of the Québécois Identity». Autour de la table se trouvaient Damien-Claude Bélanger (Université d’Ottawa), James Kennedy (directeur du Centre d’études canadiennes de l’Université d’Édimbourg), Craig Moyes (King’s College et membre de l’AIEQ) et Leigh Oakes (Queen Mary’s University et membre de l’AIEQ). Une trentaine de personnes ont assisté à l’événement, parmi lesquelles M. John Anthony Coleman, nouveau délégué général du Québec à Londres; il s’agissait de sa première sortie publique. La présence du délégué a honoré l’assemblée, qui remplissait la salle à pleine capacité.

Toujours à Londres, M. Létourneau, avec Arthur Chapman (IoE/UCL) et Pat Gordon-Smith (LJE), a procédé au bilan du dernier numéro du London Journal of Education, que publie University College London. Messieurs Chapman et Létourneau ont été les responsables scientifiques de ce numéro intitulé «Negotiating the Nation: Young People, National Narratives and History Education», projet lancé lors du long séjour de Jocelyn Létourneau dans la capitale britannique, du 1er septembre 2015 au 4 janvier 2016, en tant que Visiting Research Associate à l’Institut d’éducation de UCL.

Last but not least (!) : à l’invitation d’Alan Hallsworth, actuel président de la British Association of Canadian Studies, M. Létourneau a participé à l’événement «Battle of Ideas», qui s’est déroulé au Barbican Center le dimanche 29 octobre. L’atelier auquel le professeur Létourneau a participé avait pour thème «Trudeau’s Canada: a liberal nirvana?». Bien que son nom ne figure pas au programme de l’événement, M. Létourneau a pris la parole durant la période d’échanges.

Bref, un programme d’activités très riche qui a certes contribué à approfondir les connaissances sur le Québec dans la capitale britannique !

Professeur étranger au Brésil

L’institut des arts et lettres de l’Université fédérale de Rio Grande (FURG) est à la recherche de candidates ou de candidats pour occuper le poste de «professeur visitant étranger» dans le domaine de la littérature. Le candidat ou la candidate doit provenir des champs d’études suivants : écriture féminine; littérature, histoire et mémoire littéraire; littérature Sud-Rio-Grandine. Version complète de l’offre.

Offre d’emploi Université Auburn

Le Département de langues étrangères et littératures de l’Université Auburn, en Alabama, est à la recherche d’un professeur assistant en linguistique française. L’entrée en fonction est prévue à l’automne 2018. Le candidat ou la candidate doit pouvoir communiquer aisément en français et en anglais. Détails

 

Table ronde à Fribourg

Le Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie de l’Université de Fribourg organisait, le 3 octobre, une table ronde sur les revues de sciences humaines à l’heure du numérique. Entre trente et quarante personnes, en majorité des étudiants et des chercheurs/professeurs ou bibliothécaires de l’Université de Fribourg, de Zurich et de Lausanne, ont participé à cette table ronde. Deux membres de l’AIEQ, Jean-Philippe Warren et Vincent Larivière, ont présenté les enjeux de la diffusion du savoir par les revues d’un point de vue québécois. Ces présentations ont été très appréciées et ont donné lieu à un large débat.

Comme le souligne Claude Hauser, directeur du Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie de l’Université de Fribourg et membre du conseil d’administration de l’AIEQ, «nous avons beaucoup appris de l’expertise québécoise de Vincent Larivière et Jean-Philippe Warren et vraiment, la rencontre a été une réussite! Tous les deux ont pu faire de nombreux contacts et j’espère que cela débouchera sur d’autres événements et rencontres. Notre Centre est en tous les cas ravi de cette organisation: merci encore à l’AIEQ d’avoir soutenu l’événement, comme nous l’avons souligné lors de la présentation de la Table ronde.»

Vincent Larivière, chercheur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information et directeur scientifique d’Érudit, une plateforme numérique de revues savantes, a également présenté une conférence de deux heures dans un séminaire de master. Une quinzaine de personnes étaient présentes pour l’écouter. Cette conférence a permis à M. Larivière de développer plus longuement les idées présentées durant la table ronde.

Un pionnier de l’AIEQ nous quitte

Benoit-Jean Bernard, qui fut le premier directeur général de l’AIEQ, est décédé à la suite d’une longue maladie. Celui qui a eu une brillante carrière au sein de l’État québécois s’est vu confier, en 1997, la responsabilité de mettre en place les fondations de l’AIEQ. Avec les dirigeants de l’époque, dont le président Claude Corbo et le président du comité scientifique, Yvan Lamonde, il a jeté les bases de ce qui est devenu, 20 ans plus tard, un formidable réseau de chercheurs qui se consacrent à l’étude du Québec. Le 14 juin dernier, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au développement des relations internationales du Québec, la ministre Christine St-Pierre lui a décerné la médaille du 50e anniversaire du Ministère. Nous tenons à rendre hommage à notre collègue et ami.

Appel à communications

Depuis plusieurs années, les institutions de recherche développent toute une gamme de stratégies de « mise en visibilité » des travaux de leurs chercheurs (via des capsules vidéo, des entretiens dans des magazines institutionnels, etc.). Ceux-ci sont par ailleurs encouragés, d’une part, à publier dans des revues de prestige hyper-spécialisées (en anglais, à haut facteur d’impact, classées « A ») pour favoriser la reconnaissance de leur travail par les grilles d’évaluation de la recherche (dont les méthodes sont critiquables et critiquées) et, d’autre part, à multiplier les ouvertures vers la sphère dite « profane », ou à franchir les frontières disciplinaires traditionnelles, notamment via des interventions dans les médias ou des carnets de recherche qui s’autorisent des prises sur l’actualité. La question des supports et de la circulation des discours de savoir en humanités fera l’objet d’une Journée d’étude à l’Université de Liège le 25 janvier 2018. Jean-Pierre Couture, professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa et membre de l’AIEQ, est co-organisateur de cette Journée ayant pour thème «Supports, circulation et disciplinarisation des discours de savoir en Humanités : de l’Encyclopédie au carnet de recherche». Les propositions de communication doivent être transmises au plus tard le 20 octobre 2017 à Jean-Pierre.Couture@uottawa.ca  et Francois.Provenzano@ulg.ac.be. Détails

Page 2 sur 4123...Last »