• RSS feed
  • Facebook
 

Nouvelles


Belle relève en études québécoises

L’Association des études canadiennes dans les pays germanophones (GKS), en collaboration avec l’AIEQ, attribue annuellement un Prix d’excellence qui récompense des jeunes chercheurs provenant d’une université située dans les pays germanophones ayant déposé un travail de fin d’études ou publié un ouvrage scientifique portant sur le Québec.

Julia Mannagottera et Marie Katrin Boisvert-Bilodeau toutes deux récipiendaires pour l’année 2017, ont reçu le Prix d’excellence à l’occasion du 39e congrès annuel de la GSK qui se tenait à Grainau, du 16 au 18 février dernier.

Après avoir obtenu une licence en Droit international, en 2013, Julia Mannagottera a entrepris des études en Culture et économie des médias à Bayreuth. Elle effectue, en parallèle, un second master en Études francophones et se focalise sur l’Amérique du Nord. Elle reçoit par ailleurs la bourse d’études Stipendium des Bayerischen Ministerpräsidenten für Québec-Studien (Bourse du ministre-président de Bavière pour les études sur le Québec) pour son mémoire de master en Études francophones. En 2016 et 2017, elle obtient les deux diplômes, avec mention très honorable. De plus, de 2013 à 2017, elle travaille comme assistante scientifique et enseignante à la Chaire de linguistique romane et générale auprès de la professeure Martina Drescher. Animée par son intérêt de recherche pour le Canada, au croisement des sciences du langage et des sciences des médias électroniques, elle publie l’article scientifique « On s’en caliiiiiiiiiice du français ! : La question linguistique au Québec et ses reflets sur Facebook » avec Martina Drescher. Aujourd’hui, elle travaille dans la gestion des projets dans le secteur des médias numériques et continue de s’investir dans la recherche scientifique.

Diplômée du lycée franco-allemand de Sarrebruck, Marie Katrin Boisvert-Bilodeau entreprend des études à l’université de la Sarre, dans l’idée de renforcer son lien avec la France. Au cours de son baccalauréat en études culturelles françaises et communication interculturelle, avec mineure en histoire, elle développe un grand intérêt pour les sciences des médias. Cet intérêt se remarque aussi dans son travail final de baccalauréat qu’on peut traduire de l’allemand comme suit : «La réception des œuvres de Walt Disney La belle et la bête et Le bossu de Notre-Dame dans les médias imprimés français et allemand». En 2017, elle reçoit son diplôme de maîtrise en communication interculturelle et économie à l’université de la Sarre et réalise son souhait d’effectuer un séjour à l’étranger. Elle étudie durant deux trimestres à l’université de Montréal, où elle saura lier sa fascination pour la culture québécoise avec son intérêt pour les sciences des médias. Son mémoire de maîtrise intitulé «De la bande dessinée au film. La stratégie d’adaptation, l’intermédialité et l’aspect identitaire dans l’adaptation cinématographique de la bande dessinée Paul à Québec de Michel Rabagliati» (traduit de l’allemand), lui vaut le Prix d’excellence GSK.

Toutes nos félicitations à mesdames Mannagottera et Boisvert-Bilodeau pour leur contribution remarquée à l’enrichissement des études québécoises en territoire germanique !