• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des auteurs :

Suzie Beaulieu

Littérature québécoise en espagnol

Luisa Lucuix a développé un intérêt particulier pour la littérature québécoise ! En plus d’avoir traduit en espagnol les romans de Martine Desjardins (La camara verde, paru en janvier 2018), Dominique Scali (En busca de New Babylon, paru en avril 2017) et Gabrielle Roy (El río sin descanso, paru en septembre 2016), elle a fait découvrir des auteurs québécois à des éditeurs espagnols. La sortie du dernier roman qu’elle vient de traduire, «Il pleuvait des oiseaux», de Jocelyne Saucier (Y llovieron pájaros), est prévue en avril. Merci à madame Lucuix de contribuer au rayonnement de la littérature québécoise en Espagne !

Monde alpin et monde nordique

Daniel Chartier, professeur au Département d’études littéraires à l’UQAM et titulaire de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, a effectué une série de conférences en Suisse, à l’invitation de Claude Hauser, professeur d’histoire, fondateur et co-directeur du Centre suisse d’études sur le Québec et la Francophonie (CEQF) à l’Université de Fribourg et membre du conseil d’administration de l’AIEQ. M. Chartier a prononcé la conférence inaugurale lors d’un séminaire de recherche de niveau maîtrise. En soirée, il a participé à un débat public suivant la projection du film Kaisa’s enchanted forest, de la réalisatrice Katja Gauriloff, Saami de la Finlande, en présence d’une soixantaine de personnes. Madame Gauriloff apparaît sur la photo prise au cours de la soirée, accompagnée de Claude Hauser (à gauche), Daniel Chartier et, en retrait, Sylvain Briens, professeur de littératures scandinaves à l’Université Paris-Sorbonne, participant au débat.

Daniel Chartier a également fait une présentation à Porrentury, siège du CEQF. Le public était ravi de cette présentation sur l’«hivernité», organisée avec le soutien de l’AIEQ.

Prix littéraire France-Québec

Le 15 mars, lors de l’inauguration du salon du livre de Paris, Christian Guay-Poliquin a reçu le prix littéraire France-Québec 2017 pour son roman « Le poids de la neige », plébiscité lors du vote, l’automne dernier, de plus de 800 lecteurs du réseau France-Québec. L’AIEQ collabore à ce prix en assumant une partie des frais d’une tournée littéraire dans une dizaine de villes françaises au cours de laquelle l’auteur rencontre ses lecteurs dans des lycées, des médiathèques, des librairies, etc. À l’issue de la remise du prix 2017, la Fédération France-Québec / francophonie a dévoilé les trois finalistes du prix 2018 : Jean-François Caron pour «De bois debout»,  Catherine Eve Groleau pour «Johnny» et Eric Plamondon pour «Taqawan». Les trois romans en lice pour le prix 2018 ont été choisis par un jury à partir d’une pré-sélection de sept ouvrages. Le choix du lauréat 2018 aura lieu en octobre.

Appel à contributions

Dans le contexte du succès de la série télévisée La Servante Écarlate, adaptée du roman de Margaret Atwood, ce numéro thématique de la revue Études Canadiennes / Canadian Studies explorera la façon dont le Canada peut être perçu comme un refuge par rapport aux États-Unis, voire comme le véritable aboutissement du rêve américain. Ce numéro pourra accueillir des articles historiques (underground railway, draft dodgers), politiques (le Canada comme contre-exemple de l’Amérique de Donald Trump dans son rapport à la démocratie, à l’immigration), littéraires et artistiques (quel refuge, si refuge il y a, les œuvres artistiques dystopiques canadiennes comme celles de Catherine Mavrikakis, François Blais, Yen Chen ou d’autres auteurs, proposent-elles ?). La date limite pour la réception des propositions est le 1er juin 2018. Détails

Regards croisés sur Mai 68

Le 7 mars dernier, Valérie-Anne Mahéo-Le Luel, stagiaire postdoctorale en science politique à l’Université de Montréal, a pris part à une table-ronde organisée par Françoise Sule, professeure à l’Université de Stockholm et membre du comité exécutif de l’AIEQ. Cette table-ronde avait pour titre «Mai 68, cinquante après: regards croisés sur les mobilisations de la jeunesse au Québec et en France». Devant une vingtaine de participants (enseignants, chercheurs et étudiants), madame Mahéo-Le Luel a établi des comparaisons sur les héritages de Mai 68 avec Christophe Premat, professeur à l’Université de Stockholm. Valérie-Anne Mahéo-Le Luel avait soumis au comité scientifique de l’AIEQ un projet de conférences dans 5 universités européennes (Gothenburg en Suède, Copenhague Business School, Universitat Autonoma de Barcelona, Université catholique de Louvain) ayant pour thème «Le comportement politique et la socialisation politique au Québec». Les membres du comité scientifique avaient jugé ce projet porteur pour le développement d’une relève en études québécoises. Nos remerciements à Françoise Sule qui a accepté d’enrichir le programme de tournée de madame Mahéo-Le Luel en organisant cette activité !

Appel à candidatures LOJIQ

LOJIQ – Les Offices jeunesse internationaux du Québec, en collaboration avec la Délégation générale du Québec à Paris et Québec Édition, souhaitent faciliter la participation de jeunes poètes et éditeurs au Marché de la poésie de Paris, du 6 au 10 juin 2018, où le Québec sera à l’honneur.  Près de 500 éditeurs et revues, de poésie et de création littéraire se retrouvent chaque année place Saint-Sulpice durant 5 jours. Plus de 350 signatures d’auteurs et des lectures sur les stands y sont organisées par les éditeurs et par les organisateurs du Marché, et quelque 400 nouveautés (livres et revues) sont présentées à cette occasion. Plus de 50 manifestations animent la scène du Marché (lectures, tables rondes, remises de prix, concerts…).  La date limite de réception des candidatures est le 21 mars 2018. Détails

Colloque de jeunes chercheurs

À l’occasion de son congrès bisannuel qui se déroulera du 1er au 4 novembre prochain, à la Nouvelle Orléans, l’American Council for Quebec Studies (ACQS) tiendra un colloque de jeunes chercheurs, en collaboration avec l’AIEQ. Les étudiants de troisième cycle dont la recherche porte sur le Québec, le Canada francophone et l’Amérique francophone sont invités à soumettre leurs propositions avant le 1er avril 2018. Les détails sont disponibles à la section «Call for papers – Emerging Scholars Colloquium»

 

La littérature québécoise voyage !

Les membres du comité exécutif de l’AIEQ viennent de lancer une campagne d’appui dans les réseaux sociaux. Les membres et amis de l’AIEQ sont invités à prendre un égoportrait et à le diffuser dans les médias sociaux (Instagram, Facebook, Twitter) en utilisant ces mots-clics : #LaLitteratureQuebecoiseVoyage  et #JeSoutiensLAieq.

Ajoutez-y l’adresse du ministère des Relations internationales et de la Francophonie : @MRIF_Quebec et  celle du blogue mis en ligne pour soutenir l’Association : https://laieqencampagne.blogspot.com.

L’AIEQ compte sur vous, écrivaines et écrivains du Québec, étudiants, chercheurs et professeurs qui approfondissez vos connaissances sur le Québec et diffusez ce savoir à travers le monde.

Miléna Santoro, présidente de l’AIEQ, s’est dite « impatiente de voir vos sourires et les livres québécois que vous aurez choisi de montrer au MRIF !»

Stage pour enseignants FLE 2018

L’École de langues de l’Université Laval invite les enseignants de français langue étrangère à s’inscrire à un stage de perfectionnement qui se déroulera du 9 au 20 juillet 2018. En plus de côtoyer, durant cette période, plus de 800 étudiants d’une cinquantaine de pays inscrits à une session intensive de cours de français langue étrangère, les stagiaires auront l’occasion de se familiariser avec la culture francophone d’Amérique du Nord. La date limite pour s’inscrire est le 31 mai 2018. Détails.

Belle relève en études québécoises

L’Association des études canadiennes dans les pays germanophones (GKS), en collaboration avec l’AIEQ, attribue annuellement un Prix d’excellence qui récompense des jeunes chercheurs provenant d’une université située dans les pays germanophones ayant déposé un travail de fin d’études ou publié un ouvrage scientifique portant sur le Québec.

Julia Mannagottera et Marie Katrin Boisvert-Bilodeau toutes deux récipiendaires pour l’année 2017, ont reçu le Prix d’excellence à l’occasion du 39e congrès annuel de la GSK qui se tenait à Grainau, du 16 au 18 février dernier.

Après avoir obtenu une licence en Droit international, en 2013, Julia Mannagottera a entrepris des études en Culture et économie des médias à Bayreuth. Elle effectue, en parallèle, un second master en Études francophones et se focalise sur l’Amérique du Nord. Elle reçoit par ailleurs la bourse d’études Stipendium des Bayerischen Ministerpräsidenten für Québec-Studien (Bourse du ministre-président de Bavière pour les études sur le Québec) pour son mémoire de master en Études francophones. En 2016 et 2017, elle obtient les deux diplômes, avec mention très honorable. De plus, de 2013 à 2017, elle travaille comme assistante scientifique et enseignante à la Chaire de linguistique romane et générale auprès de la professeure Martina Drescher. Animée par son intérêt de recherche pour le Canada, au croisement des sciences du langage et des sciences des médias électroniques, elle publie l’article scientifique « On s’en caliiiiiiiiiice du français ! : La question linguistique au Québec et ses reflets sur Facebook » avec Martina Drescher. Aujourd’hui, elle travaille dans la gestion des projets dans le secteur des médias numériques et continue de s’investir dans la recherche scientifique.

Diplômée du lycée franco-allemand de Sarrebruck, Marie Katrin Boisvert-Bilodeau entreprend des études à l’université de la Sarre, dans l’idée de renforcer son lien avec la France. Au cours de son baccalauréat en études culturelles françaises et communication interculturelle, avec mineure en histoire, elle développe un grand intérêt pour les sciences des médias. Cet intérêt se remarque aussi dans son travail final de baccalauréat qu’on peut traduire de l’allemand comme suit : «La réception des œuvres de Walt Disney La belle et la bête et Le bossu de Notre-Dame dans les médias imprimés français et allemand». En 2017, elle reçoit son diplôme de maîtrise en communication interculturelle et économie à l’université de la Sarre et réalise son souhait d’effectuer un séjour à l’étranger. Elle étudie durant deux trimestres à l’université de Montréal, où elle saura lier sa fascination pour la culture québécoise avec son intérêt pour les sciences des médias. Son mémoire de maîtrise intitulé «De la bande dessinée au film. La stratégie d’adaptation, l’intermédialité et l’aspect identitaire dans l’adaptation cinématographique de la bande dessinée Paul à Québec de Michel Rabagliati» (traduit de l’allemand), lui vaut le Prix d’excellence GSK.

Toutes nos félicitations à mesdames Mannagottera et Boisvert-Bilodeau pour leur contribution remarquée à l’enrichissement des études québécoises en territoire germanique !

Page 2 sur 13123...Last »