• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des auteurs :

Suzie Beaulieu

AITF : appel à communications

Le IXe Congrès international de l’Association of Indian Teachers of French (AITF) se tiendra à Chennai du 14 au 16 février 2019, en collaboration avec l’Université de Madras et l’Association internationale des études québécoises.

Le thème du congrès est «L’enseignement du FLE dans le monde: politiques linguistiques, méthodologies et stratégies pédagogiques».

Le français est enseigné dans le monde entier comme l’une des langues étrangères les plus importantes. Dans le but de sauvegarder sa langue nationale ou maternelle,  chaque pays adopte une politique linguistique  qui n’est pas nécessairement  celle d’un autre pays.  Dans un pays plurilingue comme l’Inde, le problème devient encore plus complexe.  Quant à l’enseignement du français en Inde, il s’avère nécessaire  de trouver, afin de survivre, le moyen de coexister avec les langues régionales  indiennes.  Ce  congrès devra permettre de voir comment les pays qui y sont représentés arrivent à surmonter ce genre de problème. Alors que certains pays ont recours à des manuels publiés en France, de nombreux autres pays conçoivent et publient leurs propres manuels qui tiennent compte de leurs contextes culturels et de leurs besoins linguistiques. Dans cette optique, le IXe congrès international de l’AITF permettra aux professeurs et aux experts de FLE d’instaurer un dialogue entre eux et de partager leur expertise et leur expérience.

Le comité d’organisation sollicite des propositions de communications dans tous les domaines de recherche en français langue étrangère. Le thème peut être abordé selon différentes perspectives:

  • Situation du FLE dans le monde
  • Méthodes et méthodologies
  • Manuels de FLE dans le monde
  • Rôle des manuels dans l’installation de la compétence socioculturelle dans l’enseignement/ apprentissage du FLE
  • Les approches interculturelles dans l’enseignement du FLE
  • Français sur objectifs spécifiques (FOS) / et universitaires (FOU)
  • Comment faire du français une composante dynamique du plurilinguisme dans le monde? Problèmes et stratégies
  • Immersion française au Canada: défis et enjeux
  • La francophonie, un espace riche pour développer la diversité culturelle et les échanges interculturels entre l’Inde et les pays francophones
  • Appui des gouvernements/agences francophones à la didactique du français à travers le monde.

Ce thème sera traité en séances plénières ainsi qu’en ateliers. Une table ronde sera consacrée à une rencontre Inde-Québec qui permettra d’aborder des problèmes d’intérêt commun.

Le formulaire dûment rempli doit être transmis avant le 15 novembre 2018 au courriel : aitfdesk@yahoo.com. Information

@nalyses : appel à contributions

Créée en janvier 2006 au département de français de l’Université d’Ottawa, la revue @nalyses publie des études universitaires qui, par leur problématique ou leur approche, visent à renouveler le discours critique dans le domaine des littératures de langue française et à étendre le champ des connaissances. Alliant les avantages du numérique en réseau avec les exigences scientifiques des revues imprimées, @nalyses veut répondre aux attentes et aux besoins des professeurs et étudiants en facilitant la diffusion de la recherche en études littéraires.

Le prochain dossier aura pour titre «Portraits de la relève dans les littératures francophones du Canada : essai de définition et enjeux».

Considérant le flou terminologique entourant la notion de relève et la rareté des études fouillées sur le sujet, ce dossier propose de poser les principales balises pour une définition de ce que sont les relèves au Canada francophone, mais aussi dʼaborder de front leurs enjeux dans toute leur complexité.

Les propositions accompagnées d’une courte notice biobibliographique doivent être soumis avant le 15 août 2018. Les articles doivent être rédigés en suivant le protocole de la revue @nalyses.

Félicitations à Lise Bizzoni !

Lise Bizzoni, coordonnatrice scientifique et administrative au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) – site de l’UQAM, et membre de l’AIEQ, est l’une des 3 récipiendaires du Prix d’excellence des professionnels et professionnelles de recherche attribué par le Fonds québécois de recherche société et culture (FQRSC). Ce prix vise à reconnaître la contribution des professionnels et des professionnelles de recherche à la recherche, la mobilisation des connaissances, la formation de la relève ou au soutien des regroupements de chercheurs, et ce, dans toutes les disciplines couvertes par les trois Fonds.

En plus de veiller à la bonne marche quotidienne du Centre et de siéger au sein de plusieurs comités éditoriaux (collections Séminaires et Études littéraires chez Nota bene), madame Bizzoni offre aux étudiants plusieurs activités de soutien (aide à la rédaction de curriculum vitae professionnels et de demandes de bourses, mise en relation avec les chercheuses et chercheurs, intégration aux activités du centre, etc.).

En 2016, elle a mis en place, avec Martine Foisy du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), une communauté de pratique des coordonnatrices et des coordonnateurs de regroupements stratégiques du FRQSC qui vise l’entraide, la mise en commun de connaissances et le partage de bonnes pratiques et de méthodes de travail propres aux professionnels et professionnelles de recherche. Titulaire d’un mémoire en lettres modernes et d’un DEA en sciences du langage (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), elle poursuit également ses recherches individuelles portant entre autres sur la chanson (La chanson francophone contemporaine et engagée, en collaboration avec Cécile Prévost-Thomas, 2008, réédition prévue en 2020).

Poste de Faculty Lecturer à McGill

Le Centre d’enseignement du français (CEF) de la Faculté des arts de l’Université McGill sollicite des candidatures pour un poste de Faculty Lecturer non titularisable en français langue seconde. Ce poste est d’une durée de deux ans, renouvelable. La durée totale du contrat est de cinq ans. La date d’entrée en fonction est le 1er août 2018. L’échéance pour soumettre un dossier de candidature est le 8 juillet 2018. Détails.

 

 

Appel à contributions

La Revue nordique des études francophones a pour objectif d´établir un dialogue scientifique entre les chercheurs des pays scandinaves et nordiques travaillant sur les études francophones. La revue accueille également des contributions internationales portant sur la réception littéraire dans les pays nordiques en insistant notamment sur la relation entre littérature francophone et World-Literature d’un point de vue nordique. En fait, elle abrite des contributions littéraires et culturelles sur la diversité du monde francophone.

Le prochain numéro de cette revue aura pour titre «Contribution à une nouvelle histoire de la littérature mondiale: le rôle des littératures francophones en situation diglossique».

L’objectif de ce numéro thématique est de réfléchir aux manières dont cette littérature de langue française en situation diglossique peut épouser le concept de littérature mondiale. La problématique liée à la littérature mondiale a été largement débattue depuis le début des années 2000, mais elle reste prise encore dans une perspective occidentale suspecte parfois d´ethnocentrisme.

La remise des manuscrits doit se faire au plus tard le 15 août 2018 et la publication de ce numéro thématique est prévue en mars 2019. Détails

 

 

 

AGA et table-ronde AIEQ à l’UQAM

Du 24 au 26 mai, l’UQAM était l’hôte du symposium «Le Québec et ses autrui significatifs», organisé par le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ), avec l’appui de l’AIEQ. Une table-ronde ayant pour thème «Le Québec comme objet d’étude», organisée par l’AIEQ, a clôturé la première journée du symposium. Cette table-ronde a réuni la présidente de l’Association, Miléna Santoro (Université Georgetown, États-Unis), Ursula Moser (Université d’Innsbruck, Autriche), Jean Morency (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick), et Claude Hauser (Université de Fribourg, Suisse).

En marge du symposium, l’AIEQ a tenu sa 22e assemblée générale annuelle au cours de laquelle les participantes et participants ont pu prendre connaissance des réalisations de l’année 2017-2018. La présidente, Miléna Santoro, a dressé un bilan positif de la dernière année. Elle a rappelé que l’AIEQ a su mener à bien quelque 70 activités et événements au cours de la dernière année, et ce, en dépit des sérieuses inquiétudes quant au renouvellement de la subvention accordée par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie. Elle a tenu à souligner le vaste mouvement d’appui de membres et amis de l’AIEQ engendré par les signes annonciateurs d’une réduction progressive du financement de ce réseau de québécistes pour l’année budgétaire 2018-2019. Elle a remercié chaleureusement les membres du comité exécutif qui ont tenu six réunions entre mai 2017 et mai 2018 et échangé des centaines de courriels, ainsi que les membres du conseil d’administration qui ont cru à l’importance de l’AIEQ. Rappelons que la mobilisation de ces membres s’est fait sur une base bénévole !

C’est donc sur une note positive que Miléna Santoro a «confié le gouvernail» à Claude Hauser, élu président par les membres du conseil d’administration lors de la réunion du 25 mai à Montréal. Monsieur Hauser est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Fribourg (Suisse), Doyen de la Faculté des sciences historiques, Université à distance et, depuis 2010, fondateur et co-directeur du Centre suisse d’Études sur le Québec et la Francophonie (CEQF).

Par ailleurs, Jean Morency, professeur à l’Université de Moncton et président du comité de mise en candidatures pour les postes à combler au sein du conseil d’administration de l’AIEQ, a soumis les noms de trois candidats, tous entérinés par les membres présents à l’Assemblée générale annuelle. Il s’agit de Valérie Lapointe Gagnon, professeure adjointe d’histoire à la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta (Canada), Hidehiro Tashibana, professeur à la Faculté de droit de l’Université Waseda, à Tokyo et directeur du Waseda Institute for Contemporary French Studies (Japon) et Rachid Khaless est professeur de littérature française à l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc).

Les participants à l’Assemblée générale annuelle de l’AIEQ ont tenu à transmettre des remerciements bien sentis à Miléna Santoro qui a su mener durant trois ans les destinées de l’AIEQ avec dynamisme et, surtout, une capacité de mobilisation remarquable. Les membres du conseil d’administration ont par la suite réitéré leur appréciation de l’excellent travail accompli par Miléna depuis sa nomination au poste de présidente de l’AIEQ en mai 2015.

Nous tenons à féliciter les organisateurs du symposium «Le Québec et ses autrui significatifs» du succès de cette activité et les remercier d’avoir permis à l’AIEQ de tenir son assemblée générale et la réunion du conseil d’administration dans les locaux de l’UQAM.

Le rapport annuel 2017-2018 peut être consulté dans le site de l’AIEQ.

Prix littéraire des lycéens AIEQ 2018

Une vingtaine d’étudiants de Franska Scholan à Stockholm (Suède) et de Gustav Adolf Grammar School à Tallinn (Estonie) ont participé, au cours de leur semestre d’hiver, au Prix littéraire des lycéens AIEQ 2018. Les jeunes lecteurs suédois ont couronné Jean-Philippe Baril Guérard pour son roman «Royal» alors que Abla Farhoud a remporté les honneurs du côté des lycéens de l’Estonie pour son roman «Au grand soleil, cachez vos filles».

Les lycéens suédois ont apprécié le roman «Royal» pour les thèmes abordés qui rejoignent leurs préoccupations.

Pour leur part, les lecteurs de l’Estonie ont choisi le roman d’Abla Farhoud qui met en lumière les défis d’adaptation à une nouvelle culture à travers l’histoire d’une famille qui revient au Liban après plusieurs années passées au Québec.

Le prix littéraire des lycéens AIEQ s’inspire  du Prix littéraire des collégiens. Grâce à la collaboration de Françoise Sule à Stockholm et à Katrin Meinart à Tallinn, l’AIEQ expédie en Suède et en Estonie des exemplaires des 5 romans en lice pour le Prix littéraire des collégiens. À l’instar des étudiants québécois, des étudiants suédois et estoniens relèvent le défi de lire ces 5 titres d’auteurs québécois et de déterminer lequel mérite la première place.

L’AIEQ offre à l’auteur ou l’auteure qui remporte le Prix des lycéens la possibilité d’effectuer une tournée en Suède et en Estonie. Toutes nos félicitations à Jean-Philippe Baril Guérard et à Abla Farhoud et merci aux enseignantes ainsi qu’aux étudiants de Franska Skolan et Gustav Adolf Grammar School qui contribuent au rayonnement de la littérature québécoise en Suède et en Estonie !

Cinquième Colloque international FLE

Le département de langues étrangères de l’Université de Porto Rico et le département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières, de concert avec l’Association portoricaine des professeurs de français (APPF) organisent, du 28 février au 2 mars 2019, un colloque portant sur les perspectives didactiques et éducatives du FLE : approches plurielles et (r)éveil au français en milieu universitaire. Ce colloque s’adresse tout particulièrement aux chercheurs en FLE, mais aussi aux didacticiens du français auprès de non-francophones. Vincent Chanethom (George Mason University) sera le conférencier invité. La date de tombée pour soumettre une proposition de communication ou une table-ronde est le 15 septembre 2018.  Pour de plus amples renseignements, consulter le http://appfpuertorico.org

Postes au CA de l’AIEQ

L’appel à candidatures pour combler les postes vacants au sein du conseil d’administration de l’AIEQ a pris fin le jeudi 17 mai. Le comité de mise en candidatures a examiné trois candidatures. Celles-ci seront soumises au vote des membres lors de l’assemblée générale, le 24 mai prochain.

Voici une brève présentation de chaque candidate et candidat ayant manifesté leur intérêt à siéger au sein du conseil d’administration.

Valérie Lapointe-Gagnon est professeure adjointe d’histoire à la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Elle s’intéresse notamment à l’histoire intellectuelle du Canada et du Québec contemporains, l’histoire politique, l’histoire des femmes, le bilinguisme et les droits linguistiques. Jeune chercheuse s’intéressant au Québec et évoluant dans l’Ouest canadien, Mme Lapointe-Gagnon souhaite contribuer activement au développement de liens plus étroits entre universitaires de l’Ouest du Canada, québécois et hors-Québec. Auteure d’un ouvrage récemment publié «Panser le Canada – Une histoire intellectuelle de la commission Laurendeau-Dunton », elle travaille actuellement à la publication d’un projet collectif tiré du Colloque « La Confédération et la dualité nationale ». Auteure de nombreux articles, elle est récipiendaire de plusieurs bourses et distinctions, notamment du Prix d’auteurs pour l’édition savante, du Prix Benoit-Lacroix et du Prix de la Fondation Jean-Charles Bonenfant de l’Assemblée nationale du Québec.

Mme Lapointe-Gagnon impressionne par son profil de jeune chercheuse dynamique et par la diversité de ses champs de recherche.

Rachid Khaless est professeur de littérature française à l’Université Mohamed V de Rabat. Ses domaines d’intérêt sont, notamment, la littérature et l’animation culturelle. Il est diplômé d’agrégation de lettres françaises du CPA de l’École normale supérieure de Rabat en 1999. Éditeur, il est également auteur de plusieurs ouvrages de poésie et romans ainsi que de traductions en littérature et poésie. M. Khaless souhaite contribuer activement au développement de partenariats culturels entre le Québec et le Maroc,  notamment dans les domaines de la littérature, de l’édition et de la traduction.

Hidehiro Tachibana est professeur à la Faculté de droit de l’Université Waseda, à Tokyo et directeur du Waseda Institute for Contemporary French Studies. Il s’intéresse tout particulièrement à la poésie québécoise et à l’œuvre de Gaston Miron ainsi qu’à l’évolution des discours et langage d’expression française. Auteur d’une centaines d’articles en japonais et en français, dont plusieurs portent du l’œuvre de Gaston Miron et celle de Dany Laferrière, le professeur Tachibana est co-auteur d’un livre intitulé « Québec si lointain si proche » et « 54 chapitres pour faire connaitre le Québec » publiés en japonais et de nombreuses traductions d’œuvres québécoises. Il prépare actuellement une anthologie de la poésie québécoise en japonais en collaboration avec Pierre Nepveu.

Depuis 2016, le professeur Tachibana préside l’Association japonaise d’études québécoises (AJÉQ) qui collabore régulièrement avec l’AIEQ, notamment pour l’attribution annuelle de deux bourses d’excellence, les Prix Obata, ainsi que pour le congrès annuel de l’AJÉQ. Cette année, M. Gérard Bouchard sera l’invité d’honneur.

Message important aux membres

En prévision de son Assemblée générale annuelle,  le jeudi 24 mai, l’AIEQ publie un appel de candidatures pour le renouvellement de son conseil d’administration.

Le présent appel s’adresse aux membres de l’AIEQ qui souhaiteraient présenter leur candidature pour siéger au conseil d’administration. À titre de rappel, ce conseil d’administration est composé de 32 membres. La moitié d’entre eux, ceux de la série A, ont été élus en 2016 pour un mandat de deux ans et leur mandat vient à échéance en mai de cette année. Ceux de la série B ont été élus, en 2017, pour une période de deux ans qui se termine en 2019.

Il importe de souligner que les règlements généraux de l’Association prévoient, à l’article 29, que : « Les administrateurs sont rééligibles. Normalement, un administrateur se retire après trois mandats consécutifs. Il est cependant loisible au comité exécutif de recommander à l’assemblée générale la candidature d’un administrateur sortant pour un mandat supplémentaire ».

Si vous souhaitez poser votre candidature pour l’un ou l’autre de tous les postes de la série A ou pour celui de la série B qui sera à combler, vous pouvez le faire en utilisant le bulletin de mise en candidature que nous pourrons vous transmettre par courriel (accueil@aieq.qc.ca). Ce bulletin doit être transmis impérativement au plus tard le 17 mai 2018 par courrier électronique (accueil@aieq.qc.ca). Un comité de mise en nomination examinera toutes les candidatures qui auront été soumises et recommandera aux membres de l’Association d’élire, lors de l’assemblée générale du 24 mai prochain, la liste des candidats qui sont le plus en mesure d’apporter une contribution significative au développement des études québécoises. Cette liste sera établie de manière à assurer le mieux possible la diversité et la représentativité du réseau de l’AIEQ au sein du Conseil d’administration, et ce, en tenant compte du pays, de l’université et de la discipline des candidats.

Voici la liste des membres du conseil d’administration (série A et série B) :

Série A (échéance du mandat en mai 2018) :

Section québécoise : Université de Montréal (Pierre Noreau); Université Concordia (Sherry Simon); Université de Sherbrooke (Nathalie Watteyne); UQTR (Lucie Guillemette); UQAM (Lori Saint-Martin). Section canadienne : Ontario (Anne Trépanier). Section internationale : Allemagne-Autriche (Ursula Moser) Autriche; Brésil (Licia Soares de Souza); Espagne (Marina Lopez Martinez); États-Unis (Milena Santoro); France (Hélène Amrit); Pays scandinaves (Françoise Sule) Suède; Irlande (Michael Brophy); Mexique (Delia Montero); Russie (Ekaterina Isaeva); Royaume-Uni (Leigh Oakes).

Série B (échéance en mai 2019) :

Section québécoise : Université Laval (Martin Pâquet); UQAM (Yves Bergeron); Université McGill (Pascal Brissette); UQAR (Catherine Broué); Université de Montréal (Gilles Dupuis); Téluq (Yan Hamel); Section canadienne : Ouest canadien (vacant); Acadie (Jean Morency); Section internationale : Maroc (vacant); Asie sauf Chine et Japon (Nallan Chakravarthy Mirakamal) Inde; Belgique, Suisse, Luxembourg (Claude Hauser) Suisse; Chine (Li Hongfeng) ; États-Unis (Charles Batson) ; Pologne (Krzystof Jarosz) ; Italie (Paola Puccini); Japon (vacant).

Page 2 sur 16123...Last »