• RSS feed
  • Facebook
 
Archives des auteurs :

Suzie Beaulieu

Des nouvelles de nos membres

La saison estivale a été marquée par plusieurs interventions de nos membres qui ont bénéficié du programme de soutien à la diffusion des connaissances sur le Québec. En juin, Josée Desforges, doctorante en Histoire de l’art à l’UQAM, a participé au colloque international de l’Association française d’études canadiennes, à Paris, alors qu’Élyse Guay, doctorante en Études littéraires à l’UQAM, participait à un colloque pluridisciplinaire à l’Université d’Angers. En juillet, Jessica Janssen, doctorante en Littérature à l’Université de Sherbrooke, Pierre-André Savard, docteur en Histoire à l’UQAM, Isabelle Choinière, professeure associée à l’École des médias de l’UQAM et Philippe Rioux, étudiant de 3e cycle en Études françaises à l’Université de Sherbrooke, ont présenté des communications portant sur différents aspects du Québec, à l’occasion de colloques organisés en Angleterre, en Grèce et en Suisse. En août, Ruth Kircher, professeure en linguistique anglaise à Liverpool Hope University, a participé au colloque de l’Association d’études en langue française organisé par le collège Glendon de l’Université de Toronto. Par ailleurs, les bourses de stage et d’excellence offertes par l’AIEQ, en partenariat avec l’American Council of Québec Studies (ACQS) et des universités québécoises, ont permis à 8 récipiendaires d’effectuer un séjour au Québec. En juin, les deux récipiendaires de la Bourse AIEQ-McGill, Anahita Shafie et Armando Rodriguez-Ricaud, ont participé à l’Université d’été en études québécoises et montréalaises. En juillet, le premier récipiendaire de la bourse offerte conjointement par l’AIEQ et l’ACQS, Ross Cotton, est venu approfondir ses recherches portant sur les nationalismes au Québec et en Écosse. Doctorant en science politique (politiques comparées) à l’Université de Floride, M. Cotton s’intéresse aux partis politiques, aux législatures, aux systèmes électoraux, à la politique fédérale et au nationalisme. Toujours en juillet, les trois récipiendaires de la bourse de stage AIEQ-Université Laval en didactique du français langue étrangère ont eu l’occasion de perfectionner leurs connaissances en didactique et de découvrir des outils pour intégrer des contenus québécois dans leur enseignement. Les récipiendaires de la bourse AIEQ-École des langues de l’Université Laval 2017 étaient Mariella Aïta (Vénézuela), Priscilla De Biasi (Brésil) et Claire-Marie Kelechian (Espagne). Finalement, Malgorzata Sokolowicz (Pologne) et Tonatiuh Chavez (Mexique) terminent, le 11 août, un séjour de perfectionnement en didactique, langue française et culture offert conjointement par l’UQAM et l’Université de Montréal. Ils ont bénéficié d’une bourse de l’AIEQ pour suivre cette formation de deux semaines.

L’automne s’annonce tout aussi actif, avec notamment le 8e colloque des jeunes chercheurs européens en études québécoises qu’organisent Hélène Amrit et Anna Giaufret à Montpellier, les 5 et 6 octobre prochain. Ce colloque réunira 19 jeunes chercheurs au parcours académique varié, provenant de 9 pays. Le mois suivant, ce sera au tour de Craig Moyes de recevoir à Londres des universitaires de renom à l’occasion de la conférence internationale intitulée Staging Canada at Expo67 : Nationalism in the crucible of globalization.

Finalement, l’auteure Arlette Cousture se rendra en Pologne, en octobre, pour le lancement de son roman «Ces enfants d’ailleurs» traduit en Polonais à la Foire du livre de Cracovie qui se déroule du 26 au 29 octobre prochain. Ce roman arrive en Pologne grâce au couple polonais-canadien Margo et Adam Koniuszewski, fondateurs de la Fondation The Bridge. L’auteure recevra notamment une médaille d’honneur du maire de ville de Cracovie.

L’AIEQ est fière d’être associée à ces événements qui s’inscrivent dans la foulée des activités marquant son 20e anniversaire !

Maximilien Laroche : 1937 – 2017

C’est avec regret que nous avons appris le décès, le 27 juillet dernier à Québec, d’un de nos membres, Maximilien Laroche. Originaire du Cap-Haïtien, M. Laroche est arrivé au Québec en 1960. Après des études à l’Université de Montréal et l’Université de Toulouse-Le Mirail, il a connu une grande carrière en enseignement et recherche en littérature comparée. En plus de son travail de professeur à l’Université Laval, il a écrit de nombreux essais sur des auteurs de la Caraïbe, d’Amérique latine, d’Afrique et du Québec. Mentionnons, entre autres, «Le Miracle et la métamorphose» (1971), un travail de comparaison entre la littérature haïtienne et celle du Québec. Par ses conférences autour du monde, il a contribué au rayonnement d’écrivains québécois hors de nos frontières. Il a eu le privilège d’être élu membre de l’Ordre des francophones d’Amérique par le Conseil de la langue française du Québec en 1988 et, en 1999, d’être fait Chevalier de l’Ordre National Honneur et Mérite de la République d’Haïti. En 2009, un doctorat honorifique lui a été décerné par l’Université McMaster. Le service religieux sera célébré le samedi 12 août 2017 à 14 heures à l’église St-Charles Garnier, 1215, avenue du Chanoine-Morel, Québec.

Université d’été à McGill

Armando Rodríguez Ricaud, étudiant de troisième année en Langue française à l’Université Veracruzana au Mexique, a bénéficié d’une bourse offerte par l’AIEQ pour participer à l’Université d’été en études montréalaises et québécoises de l’Université McGill, du 12 au 30 juin dernier. De retour au Mexique, M. Ricaud a exprimé en quelques mots son appréciation de son séjour au Québec : «L’Université d’été en études montréalaises et québécoises a été l’une des plus extraordinaires expériences de ma vie académique et personnelle. Grâce à elle, j’ai pu m’approprier de nouvelles connaissances qui, sans aucun doute, auront des retombées très positives dans ma vie professionnelle future, en tant qu’enseignant de français langue étrangère. J’ai pu comprendre comment la région québécoise a construit son identité et quels ont été les événements principaux pour la formation de cette identité. De plus, j’ai pu découvrir les particularités linguistiques de cette belle région. Toutes ces connaissances enrichissent mon bagage culturel et linguistique.»

Enseignants FLE à Québec

Le 21 juillet dernier avait lieu la cérémonie de remise des attestations de participation au stage de perfectionnement en enseignement du français langue étrangère (FLE) organisé par l’École de langues de l’Université Laval. Cette cérémonie clôturait deux semaines intensives de formation qui, de l’avis des participantes et participants, s’est avérée très enrichissante ! L’AIEQ a collaboré à cette activité en offrant trois bourses à des enseignantes afin de leur permettre de perfectionner leurs connaissances en didactique et de découvrir des outils pour intégrer des contenus québécois dans leur enseignement. Les récipiendaires de la bourse AIEQ-École des langues de l’Université Laval 2017 étaient Mariella Aïta (Vénézuela), Priscilla De Biasi (Brésil) et Claire-Marie Kelechian (Espagne). Grâce à l’organisatrice du stage, Kathleen Borgia, et à la formatrice, Lucia Flores, toutes deux enseignantes à l’École de langues, ces deux semaines ont été grandement appréciées. Plusieurs pays étaient représentés par cette cohorte exceptionnelle de 2017 : Argentine, Brésil, Colombie, Espagne, États-Unis, Italie, Mexique, Venezuela. Au cours de la cérémonie, des remerciements chaleureux ont été adressés à Rachel Sauvé, directrice de l’École de langues de l’Université Laval, pour sa persévérance à redonner une nouvelle impulsion au stage en didactique du français, culture et société québécoises qui, dans un contexte de restrictions budgétaires, n’a pu se réaliser en 2015 et en 2016. Le succès de 2017 est garant de l’avenir de ce stage FLE auquel l’AIEQ souhaite être associée à nouveau !

APPEL À COMMUNICATION

Afin de donner voix aux nombreux chercheurs d’ici et d’ailleurs qui étudient le Québec avec un volet comparé ou qui voient le Québec d’ailleurs, de faire mieux connaître leurs travaux, de stimuler les échanges, de favoriser les coopérations, de soulever les défis et enjeux actuels et à venir, le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie organise, les 24 et 25 mai 2018 à Montréal, un colloque international et interdisciplinaire, avec l’appui de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ). Les chercheurs québécois, canadiens et internationaux intéressés par le thème «Le Québec et ses autrui significatifs» sont invités à soumettre une proposition de communication d’ici le 1er octobre 2017. Des fonds seront disponibles pour les dépenses en déplacements et en hébergement des conférenciers. De plus, les conférenciers seront invités à soumettre une contribution en vue d’une publication.

Visite de Ross D. Cotton à l’AIEQ

L’équipe de l’AIEQ a eu le plaisir d’accueillir, dans ses locaux, le premier récipiendaire de la Bourse de recherche offerte conjointement par l’AIEQ et l’American Council for Québec Studies (ACQS), M. Ross D. Cotton. Doctorant en science politique (politiques comparées) à l’Université de Floride, M. Cotton s’intéresse aux partis politiques, aux législatures, aux systèmes électoraux, à la politique fédérale et régionale et au nationalisme. La bourse AIEQ/ACQS lui permet d’effectuer un séjour au Québec afin d’approfondir ses recherches sur les mouvements nationalistes québécois et écossais. André Blais, professeur au Département de science politique à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études électorales, supervise ses recherches. Depuis son arrivée au Québec, en juin dernier, M. Cotton a notamment réalisé une dizaine d’entrevues avec des ministres et députés de l’Assemblée nationale, tous partis politiques confondus, consulté des documents portant sur les référendums de 1980 et 1995 à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et rencontré un membre de l’AIEQ, M. Guy Laforest.

Rappelons que l’objectif de la bourse AIEQ/ACQS est d’encourager la recherche sur le Québec auprès des étudiants de 2e et de 3e cycles, dans les domaines des sciences humaines et sociales, en permettant au récipiendaire d’effectuer ses recherches au Québec.

Collectif CAHSA : Appel à textes

Le colloque international «Âme d’une communauté, communauté d’âmes», organisé par le Collectif d’Anthropologie et d’Histoire du Spirituel sous l’Ancien Régime (CAHSA) à Montréal en octobre 2016, a permis l’amorce d’une réflexion riche et prometteuse sur la notion de spirituel. Des travaux et des discussions a émergé une définition du spirituel comme une expérience sensible de la spiritualité, c’est-à-dire une expérience individuelle de la foi qui parfois complète et parfois s’oppose aux courants de spiritualité institutionnalisés. Souhaitant poursuivre et approfondir ce travail, le CAHSA sollicite des propositions de textes pour un ouvrage en français, résolument pluridisciplinaire, dédié à l’examen des expériences spirituelles individuelles et collectives en Nouvelle-France, de la fondation de Québec jusqu’à la Conquête. Les propositions de texte sont attendues avant le 30 septembre 2017.

Maîtrise en Linguistique française

Le Département de français de l’Université Simon Fraser offre une bourse d’une valeur de 10 000 $ pour les étudiants canadiens ou étrangers qui voudraient poursuivre une maîtrise en linguistique ou sociolinguistique française. Ce projet, appelé «Les accents français», accepte tout candidat proposant un travail de recherche sur une variété de français au Canada, en France ou dans un pays ou une région francophone, et qui prendrait pour objet d’analyse les pratiques langagières d’une communauté francophone ou les discours (médiatiques, épilinguistiques, institutionnels, etc.) sur ces pratiques. Le candidat sera inscrit au département de français et commencera le programme de maîtrise, à plein temps, en janvier 2018. Il doit avoir une formation approfondie en linguistique et répondre aux pré-requis de l’université, ainsi qu’un CGPA (moyenne cumulative) de 3.5 au minimum pour recevoir la bourse. La date limite pour poser sa candidature est le 1er octobre 2017. Détails

Revue Francophonies d’Amérique

Il ne fait pas de doute que l’avènement de  la modernité des littératures québécoise, acadienne, franco-ontarienne et franco-ouestienne contemporaines participe des logiques de dissolution, chacune d’elles découlant de l’ancien ensemble des écrits canadiens-français. Seulement il y a lieu de se demander si cet avènement s’est déployé uniquement sous les signes de rupture, d’éloignement et de résorption inhérents à ces logiques. Voilà la question que creuse le dernier numéro spécial de la revue Francophonies d’Amérique. Dirigé par Emir Delic et Jimmy Thibeault, professeurs au Département d’études françaises de l’Université Sainte-Anne, ce numéro se propose d’explorer, à partir d’études d’œuvres poétiques, diverses confluences des littératures de la francophonie canadienne au moment de leur entrée dans la modernité. Le regard des chercheurs se porte plus précisément sur la poésie parue entre 1968 et 1985, période qu’on pourrait nommer la « longue décennie 1970 » dans la mesure où elle accuse, malgré ses multiples plissements, une certaine cohérence des schèmes intellectuels et esthétiques dans les littératures franco-canadiennes.

Médaille hommage à Serge Jaumain

Serge Jaumain, professeur d’histoire à l’Université Libre de Bruxelles et membre de l’AIEQ, a reçu du ministère des Relations internationales et de la Francophonie une médaille hommage 50e qui souligne son apport significatif au rayonnement du Québec dans le monde. M. Jaumain a été vice-président Europe, Afrique et Moyen-Orient au sein du comité exécutif de l’AIEQ de 2007 à 2012, pour ensuite occuper le poste de président jusqu’en 2015. Félicitations à M. Jaumain pour ce témoignage de reconnaissance bien mérité !

Page 1 sur 4123...Last »