• RSS feed
  • Facebook
 

Nouvelles


Revue Francophonies d’Amérique

Il ne fait pas de doute que l’avènement de  la modernité des littératures québécoise, acadienne, franco-ontarienne et franco-ouestienne contemporaines participe des logiques de dissolution, chacune d’elles découlant de l’ancien ensemble des écrits canadiens-français. Seulement il y a lieu de se demander si cet avènement s’est déployé uniquement sous les signes de rupture, d’éloignement et de résorption inhérents à ces logiques. Voilà la question que creuse le dernier numéro spécial de la revue Francophonies d’Amérique. Dirigé par Emir Delic et Jimmy Thibeault, professeurs au Département d’études françaises de l’Université Sainte-Anne, ce numéro se propose d’explorer, à partir d’études d’œuvres poétiques, diverses confluences des littératures de la francophonie canadienne au moment de leur entrée dans la modernité. Le regard des chercheurs se porte plus précisément sur la poésie parue entre 1968 et 1985, période qu’on pourrait nommer la « longue décennie 1970 » dans la mesure où elle accuse, malgré ses multiples plissements, une certaine cohérence des schèmes intellectuels et esthétiques dans les littératures franco-canadiennes.